jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le gouvernement Obama exigera des renseignements d’une fiabilité (...)

Le gouvernement Obama exigera des renseignements d’une fiabilité absolue

Merle Kellerhals, America.gov

mardi 24 février 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le vice-président Biden déclare attendre beaucoup des services de renseignement.

Le gouvernement Obama aura besoin de renseignements opportuns, crédibles et cohérents de la part des 16 différents services de renseignement américains, pour pouvoir atteindre ses objectifs au cours des quatre prochaines années, a dit le vice-président des États-Unis, M. Joe Biden.

À cette fin, ce sera toujours à l’Agence centrale de renseignements (CIA) qu’incombera la principale responsabilité de fournir des renseignements au président, au Congrès et aux forces armées des États-Unis, a précisé M. Biden dans l’allocution qu’il a faite le 19 février devant le siège de la CIA, situé dans la banlieue de Washington.

M. Biden présidait ce jour-là la cérémonie de prise de fonctions de Leon Panetta, nommé par le président Obama à la tête de la CIA.

« Nous allons exiger beaucoup de vous. Et il faut vous prévenir et vous dire ce à quoi on s’attend de votre part », a dit M. Biden aux fonctionnaires de la CIA. « Nous nous attendons à ce que vous soyez capables d’examiner à l’occasion ce qui se présente au-delà du virage, d’imaginer l’inattendu. Nous nous attendons à ce que vous nous fournissiez une analyse indépendante sans toujours recourir aux délibérations de groupe, » a dit M. Biden.

Et le président s’attend toujours à ce qu’on lui fasse part de tous les faits, où qu’ils puissent conduire, a souligné M. Biden.

Celui-ci a également parlé des décrets signés par M. Obama au cours de son premier mois à la Maison-Blanche, parmi lesquels : l’ordre de fermer le centre de détention pour terroristes de la base navale américaine à Guantanamo Bay (Cuba) ; le déploiement de renforts en Afghanistan ; l’ébauche d’un examen stratégique de la politique des États-Unis en Afghanistan et au Pakistan ; et le début d’un examen de la stratégie sécuritaire des États-Unis dans le cyberespace. M. Biden a aussi mentionné le concept de nouvelles relations avec la Russie et les efforts en faveur d’ouvertures diplomatiques potentielles avec l’Iran.

« Les quatre prochaines années représenteront une période d’importants défis. Al-Qaïda constitue toujours une menace sérieuse pour notre pays et pour nos amis », a dit M. Biden. « Nous sommes toujours en guerre dans deux pays éloignés. La situation économique internationale (...) risque de rendre le monde beaucoup plus instable. » La prolifération d’armes et de technologies dangereuses menace la sécurité des États-Unis et celle du monde entier.

La stratégie de sécurité nationale du gouvernement Obama utilisera tous les outils dont disposent les États-Unis en tant que puissance nationale : militaires, économiques, politiques, culturels et diplomatiques, a dit M. Biden.

« Nous ferons, si nécessaire, usage de force. Mais nous adopterons une méthode de diplomatie dynamique et active. Et nous resterons fidèles à nos propres principes parce que la sécurité de l’Amérique est accrue lorsque l’exemple de notre pouvoir est assorti au pouvoir de notre exemple », a dit M. Biden.

« Cette stratégie, toutefois, ne peut pas réussir sans des renseignements opportuns, crédibles et cohérents (...) C’est le fondement de tout ce que nous nous apprêtons à faire. »


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :