mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Démentis à propos des « sites noirs » de la CIA

Démentis à propos des « sites noirs » de la CIA

Le Figaro

vendredi 4 novembre 2005, sélectionné par Spyworld

La Pologne et la Roumanie, soupçonnées par l’organisation américaine de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW), d’héberger des prisons clandestines où la CIA détiendrait des membres du réseau terroriste al-Qaida, ont déclaré hier n’avoir jamais été contactés par les Etats-Unis à ce sujet. La Commission européenne a pour sa part fait savoir qu’elle vérifierait ces affirmations. La Pologne, membre de l’Union européenne (UE) depuis mai 2004, et la Roumanie, dont l’adhésion est prévue pour 2007 ou 2008, sont liées par la Charte des droits fondamentaux, qui n’est pas compatible avec la présence de prisons secrètes.

D’autre part le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a demandé hier à avoir accès aux terroristes présumés qui seraient détenus dans ce réseau de centres clandestins mis en place par la CIA au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Le Washington Post affirmait mercredi que ces prisons ont été ouvertes dans huit pays dont la Thaïlande, l’Afghanistan « et plusieurs pays démocratiques d’Europe de l’Est » que le journal n’a pas cités, contrairement à l’association HRW qui cite des registres de vols d’avions américains. L’organisation n’a également pas exclu la présence de « détenus fantômes » des services de renseignments américains dans d’autres pays d’Europe de l’Est.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :