mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Le Pakistan ne tolèrera pas Al-Qaïda, promet son ministre à (...)

Le Pakistan ne tolèrera pas Al-Qaïda, promet son ministre à Washington

AFP

jeudi 26 février 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre des Affaires étrangères pakistanais a promis mercredi à Washington que son gouvernement ne tolèrerait pas Al-Qaïda dans la vallée du Swat où il a pourtant conclu un accord de paix controversé avec des leaders islamistes proches des talibans.

A la veille d’une rencontre trilatérale sur la situation en Afghanistan avec ses homologues afghan et américain, Shah Mehmood Qureshi a indiqué sur la chaîne PBS que la présence d’Al-Qaïda dans la vallée de Swat, région du nord-ouest du Pakistan, était "tout au plus négligeable".

Un accord prévoyant l’application de la loi islamique comme seul système judiciaire dans la vallée de Swat, suscite les inquiétudes des alliés occidentaux du Pakistan, craignant qu’il ne laisse le champ libre aux fondamentalistes.

"Les talibans ne seront pas aux commandes là-bas. Nous ne faisons pas de compromis avec les talibans", a déclaré le ministre.

"Nous avons mis Al-Qaïda dehors (...) de la vallée de Swat et nous allons les mettre dehors des zones tribales", le long de la frontière afghane, a-t-il affirmé.

"Ce que les gens ne comprennent pas c’est que nous avons freiné l’élan des extrémistes", a-t-il ajouté.

M. Qureshi a par ailleurs appelé à mettre fin à la controverse sur les attaques de drones américains sur son territoire.

Les forces américaines en Afghanistan ou la CIA multiplient ces derniers mois les frappes d’avions sans pilote visant des cadres d’Al-Qaïda et les talibans dans les zones tribales. Ces missiles ont tué de nombreux combattants islamistes présumés, dont des cadres d’Al-Qaïda, mais aussi des civils selon les autorités pakistanaises, qui protestent vivement en dénonçant une violation de leur souveraineté.

Les autorités américaines "doivent reconsidérer la stratégie vis-à-vis des drones", a dit le ministre sur CNN.

"Je suggère de peser les avantages et les inconvénients. Si les inconvénients dépassent les avantages, alors revoyons toute la stratégie et cela doit être remis sur la table", a-t-il dit.

Il a appelé les Etats-Unis à laisser le Pakistan mener lui-même ces attaques, et à lui donner les moyens technologiques de le faire, soutenant que cela résoudrait la querelle sur la souveraineté.

Il a dit comprendre que les Etats-Unis veuillent stabiliser l’Afghanistan, mais il a souhaité que l’approche tripartite examine aussi les "implications pour le Pakistan".

L’influent sénateur américain John Kerry a par ailleurs appelé mercredi à tripler l’aide non-militaire américaine au Pakistan, soulignant qu’il allait déposer une proposition de loi en ce sens.

Cet appel intervient alors que d’autres sénateurs ont appelé à repenser l’aide des Etats-Unis au Pakistan à la lumière d’un rapport de la Cour des comptes américaine (GAO), qui la jugeait inefficace dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :