dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Etats-Unis : la CIA a détruit 92 vidéos d’interrogatoires (...)

Etats-Unis : la CIA a détruit 92 vidéos d’interrogatoires antiterroristes

lepoint.fr avec AFP

lundi 2 mars 2009, sélectionné par thom.B

logo

La CIA reconnaît avoir détruit 92 vidéos d’interrogatoires antiterroristes, selon des documents de justice lundi, un nouveau rebondissement dans le scandale des enregistrements, susceptibles de contenir des preuves de torture.

"La CIA peut maintenant identifier le nombre d’enregistrements vidéo qui ont été détruits", affirme Lev Dassin, avocat du gouvernement américain dans une lettre au juge Alvin Hellerstein en charge du dossier à New York. "Quatre-vingt douze enregistrements ont été détruits", ajoute-t-il dans cette lettre dont l’AFP s’est procuré copie.

Interrogée par l’AFP, la CIA a décliné tout commentaire.

Jusqu’ici, la centrale américaine de renseignement n’avait admis avoir détruit que quelques vidéos afin, avait assuré son directeur d’alors Michael Hayden le 6 décembre 2007, de protéger ses agents interrogateurs d’éventuelles représailles d’Al-Qaïda.

Selon le New York Times, ces vidéos montraient les interrogatoires en 2002 de deux suspects, Abou Zoubaydah, soupçonné d’être un membre influent de réseau terroriste, et Abdel Rahim al-Nachiri, suspecté d’être impliqué dans l’attentat contre le navire USS Cole au Yémen en 2000.

Le gouvernement Bush avait alors ouvert une enquête pénale et nommé un procureur pour faire la lumière sur la disparition de documents. Ce procureur, John Durham, basé en Virginie (est) où se situe le siège de la CIA, devait avoir bouclé son dossier le 28 février.

Pour l’Association américaine de défense des libertés civiles (Aclu), qui avait attaqué la CIA pour "outrage" à la justice dans cette affaire, "ce nombre important de vidéos détruites confirme que l’agence a cherché à dissimuler systématiquement les preuves de ses interrogatoires illégaux".

"Notre plainte pour +outrage+ est en instance depuis plus d’un an maintenant, il est temps que la CIA réponde de son mépris flagrant pour l’Etat de droit", a ajouté lundi dans un communiqué Amrit Singh, un avocat de l’Aclu.

Dans sa lettre, l’avocat du gouvernement au nom de la CIA, Lev Dassin, explique que "la CIA réunit des informations", pour fournir des documents relatifs à ces vidéos au tribunal, en attendant que le juge Hellerstein lui ordonne formellement de les fournir.

Ces documents sont : "une liste décrivant le contenu de chaque enregistrement détruit", "une liste de retranscriptions (...) ou une éventuelle reconstitution du contenu des enregistrements" et "l’identification de témoins qui pourraient avoir vu ces enregistrements ou qui les ont eu en main".

La CIA promet "de fournir toutes les informations demandées par le tribunal et de produire le plus possible de ces informations publiquement", mais rappelle néanmoins que certains éléments resteront classifiés, comme le nom des agents interrogateurs.

A mesure qu’elles ont été révélées, les méthodes utilisées par l’agence de renseignement américaine dans le cadre de la "guerre contre le terrorisme" de George W. Bush n’ont cessé de faire scandale.

De sa pratique avérée de la simulation de noyade, une forme de torture, jusqu’au transfert de détenus vers des prisons dissimulées hors des Etats-Unis pour des interrogatoires au secret, la CIA a été lourdement mise en cause ces dernières années.

Dès son arrivée à la Maison Blanche, le président Barack Obama a nommé un nouveau directeur, Leon Panetta qui a promis qu’"il n’autoriserait pas les techniques d’interrogation coercitives, les prisons secrètes, ou le transfert de terroristes présumés dans des pays pratiquant la torture".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :