vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Nucléaire : le chef du Renseignement US juge "difficile" d’arrêter (...)

Nucléaire : le chef du Renseignement US juge "difficile" d’arrêter l’Iran

AFP

mardi 10 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le chef du Renseignement américain Dennis Blair a prévenu mardi qu’il serait "difficile" de convaincre l’Iran d’abandonner son programme nucléaire controversé par des moyens diplomatiques.

Il a jugé au contraire que Téhéran pourrait renoncer devant un ensemble "crédible" de "pressions et de menaces de contrôles internationaux renforcés" ainsi que de mesures incitatives.

"C’est difficile de dire précisément de quoi doit être fait ce mélange", a-t-il cependant déclaré, lors d’une audition devant une commission du Sénat américain.

"Nous estimons que convaincre les dirigeants iraniens de renoncer à l’élaboration éventuelle d’armes nucléaires sera difficile, étant donné le lien que beaucoup voient au sein du gouvernement entre l’armement nucléaire et la sécurité nationale de l’Iran et les objectifs de politique internationale, et vu les efforts considérables de l’Iran, depuis au moins la fin des années 1980 à 2003, à fabriquer de telles armes", a-t-il dit.

"Bien que nous ne sachions pas si l’Iran a actuellement l’intention de fabriquer l’arme nucléaire, nous estimons que Téhéran reste au minimum ouvert à cette possibilité", a encore déclaré le haut responsable américain.

Les services de renseignement américain estiment que l’Iran a interrompu ses recherches sur la fabrication de l’arme atomique fin 2003 et ne les a pas reprises avant mi-2007, a-t-il ajouté devant les parlementaires.

Le Renseignement américain pense que "l’Iran n’a pas actuellement l’arme nucléaire" en raison des difficultés pour acquérir ou produire les matériaux fissiles nécessaires à sa fabrication, mais pourrait en obtenir suffisamment d’ici début 2010, a ajouté M. Blair.

Mais les Etats-Unis ne peuvent pas "exclure que l’Iran ait acquis de l’étranger ou acquière dans l’avenir une arme nucléaire ou suffisamment de matériaux fissiles pour (fabriquer) une arme", a encore déclaré le chef du Renseignement.

L’Iran devrait probablement être capable de produire assez d’uranium enrichi pour une bombe entre 2010 et 2015, mais les services de renseignement du département d’Etat ont établi le début de cette échéance à 2013 "en raison de problèmes techniques prévisibles", a-t-il ajouté.

Les Occidentaux craignent que le programme nucléaire iranien ne dissimule un projet militaire. Téhéran affirme qu’il a uniquement un objectif civil.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :