mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’accident d’un drone soulève des questions au sujet de la (...)

L’accident d’un drone soulève des questions au sujet de la responsabilisation

La Presse Canadienne

vendredi 13 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Un accident survenu sur une piste de l’aéroport de Kandahar et qui a arraché l’aile d’un drone de surveillance loué par Ottawa soulève des questions au sujet de l’obligation de rendre des comptes lorsque les entreprises privées sont invitées sur les champs de bataille.

Le gouvernement fédéral a signé en janvier un contrat pour au moins deux ans d’une valeur de 95 millions $ pour la location des appareils Heron, fabriqués par MacDonald Dettwiler.

Personne n’a été blessé lors de l’accident survenu en janvier et qui a arraché l’aile d’un drone Heron. Mais les forces aériennes ont toutefois pris soin de taire l’incident et l’enquête visant à éclaircir ses circonstances.

L’armée a d’abord refusé de répondre aux questions de La Presse Canadienne. Elle avait affirmé que cela nuirait à la sécurité des opérations puisque cela donnerait aux talibans un compte rendu des dommages sur le terrain, même si l’appareil, qui n’avait pas encore été déclaré opérationnel, n’avait pas été en contact avec l’ennemi.

Puis, l’armée a finalement consenti à publier une déclaration, dans laquelle elle confirmait l’accident, mais pas les détails, puisque l’enquête était encore en cours.

Un porte-parole de MacDonald Dettwiler a quant à lui été très bref, affirmant qu’il avait une entente de confidentialité avec son client, le ministère de la Défense nationale.

Le drone canadien serait entré en collision avec un appareil appartenant à nation alliée.

Contrairement aux achats militaires, les contrats de location, d’une valeur de plusieurs centaines de millions de dollars, ne suscitent pas l’attention du public. Et les questions à leur sujet sont souvent rejetées en vertu de la confidentialité avec le client.

L’an dernier, le ministre John Manley avait indiqué que ces appareils, qui peuvent être dirigés sans présence humaine à l’intérieur, étaient une condition clé pour maintenir et assurer la protection des soldats canadiens en Afghanistan jusqu’en 2011.

Les appareils Heron sont nécessaires pour remplacer les drones Sperwer tactical en opération depuis 2003 et qui sont devenus désuets et dont les pièces ne sont plus disponibles.

La location d’appareils et de services militaires est une tendance lourde au sein de l’armée canadienne, selon un représentant du ministère de la Défense.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :