mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Bilan de l’activité 2008 de la DGA

Bilan de l’activité 2008 de la DGA

DGA, Ministère de la Défense

mardi 17 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le délégué général pour l’armement, Laurent Collet-Billon, a présenté le 17 mars 2009 le bilan de l’activité 2008 de la délégation générale pour l’armement (DGA).

DGA, investisseur avisé

En 2008, dans un contexte marqué par des évolutions dans la Défense autour des conclusions du Livre Blanc et de la construction de la nouvelle loi de programmation militaire, l’activité de la DGA a été soutenue, avec plus de 9 milliards d’euros investis dans l’industrie et près de 700 millions d’euros dans la recherche et technologie.

Programmes d’armement : beaucoup de jalons importants franchis

L’ensemble des commandes, parmi lesquelles 22 NH90 ou 5 045 Félin, représente un montant de 8673 millions d’euros. L’année 2008 a été marquée par la réussite de la qualification de nombreux équipements : Rafale F3, Tigre, VBCI, Caesar. La DGA a livré les 41 premiers VBCI, les 30 premiers PVP, les 25 premiers mini-drones DRAC, un drone SIDM, 14 Rafale ou la première frégate Horizon Forbin. L’avancement des programmes de la dissuasion est strictement conforme à leur calendrier prévisionnel. S’agissant du programme A400M, l’industrie a révélé fin 2008 des difficultés d’une ampleur non évoquée jusque là. La DGA a mis en place, en liaison avec les autres nations coopérantes et l’OCCAR, l’expertise et les moyens spécifiques nécessaires au suivi de la situation et à l’instruction des mesures à envisager.

Des matériels pour l’Afghanistan

Les acquisitions en urgence opérationnelle - au total 17 contrats - assorties de livraisons dans des délais de quelques semaines à quelques mois ont atteint cette année la centaine de millions d’euros. La DGA a ainsi acquis 135 brouilleurs anti IED, 5 véhicules d’ouverture d’itinéraire Buffalo, 150 kits de protection pour véhicules, 60 tourelleaux téléopérés intégrés sur VAB ; ou mis en place des contrats de soutien qui ont permis le déploiement des drones SDTI et SIDM en Afghanistan.

Une industrie renforcée

En 2008, 9 363 M€ ont été payés à l’industrie de défense, sur l’ensemble des opérations d’armement. L’effort de recherche a été soutenu, représentant 676 millions d’euros de paiement sur les études amont.

La mise en œuvre en 2008 du plan d’action PME porté par le ministre de la Défense, Hervé Morin, a conduit à accroître de 15 % l’investissement dans les PME et à leur confier 50 % des projets REI (recherche exploratoire et innovation) de la DGA.

Dans le domaine de l’exportation, l’impulsion donnée par le président de la République pour relancer les exportations, via une meilleure coordination de l’action des différents ministères a d’ores et déjà produit des résultats concrets : les exportations en 2008 s’élèvent à environ 6,4 milliards d’euros, grâce, notamment, à quelques contrats emblématiques comme le premier succès à l’export de la FREMM au Maroc et le retour des entreprises françaises sur le continent sud-américain, au Brésil en particulier.

Moteur d’une construction européenne réaliste

La Présidence française du Conseil de l’Union européenne a permis de faire progresser le rôle de l’Agence européenne de défense (AED) dans les phases amont des programmes, en matière de base industrielle et technologique de défense européenne ou encore de recherche et technologie, avec l’adoption d’une véritable stratégie de R&T. La lettre d’intention MUSIS, futur système européen d’imagerie spatiale, a ainsi été signée par cinq pays.

Une année 2009 répondant aux défis économiques actuels

Pour la DGA, 2009 sera marquée par un niveau très élevé de commandes vers l’industrie, en cohérence avec la première annuité de la loi de programmation militaire et la mise en oeuvre du plan de relance. La DGA notifiera pour plus de 20 milliards d’euros de commandes dont 820 millions d’euros d’études amont.

En même temps la DGA, qui s’inscrit dans le mouvement de modernisation du ministère de la Défense, verra les premières concrétisations de la révision générale des politiques publiques visant à renforcer sa compétence technique dans un format resserré à 10 000 personnes d’ici 2014.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :