mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Medvedev veut réarmer massivement la Russie

Medvedev veut réarmer massivement la Russie

J.B., le Figaro, avec AFP

mardi 17 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le président russe Dmitri Medvedev souhaite augmenter et moderniser à partir de 2011 les capacités de combats de son armée et sa force nucléaire. Un revirement après la détente amorcée depuis l’arrivée de la nouvelle administration Obama.

Est-ce le signe d’une mise entre parenthèses du réchauffement qui s’esquissait entre la Russie et la nouvelle administration Obama ? Après s’être dit, début février, prêt à une coopération « des plus approfondies » avec Washington sur toutes les questions, « y compris le désarmement », Dmitri Medvedev semble changer de posture.

Le président russe a ainsi ordonné mardi un vaste réarmement de son pays à partir de 2011. « À partir de 2011 débutera un réarmement à grande échelle de l’armée et de la marine russe », a-t-il expliqué lors d’une réunion avec des hauts représentants du ministère de la Défense. « L’analyse de la situation politico-militaire dans le monde a montré qu’il restait un potentiel de conflit sérieux dans certaines régions, alimenté par des crises locales et les tentatives incessantes de l’Otan de développer son infrastructure militaire près de la Russie », a ajouté Medvedev. Au coeur des préoccupations du Kremlin : le projet de « bouclier antimissile » américain en Pologne et en République tchèque et les perspectives d’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie à l’Otan. Si l’élargissement à l’Est de l’Alliance atlantique est perçu par les États-Unis comme un facteur régional stabilisateur, Moscou y voit de son côté une atteinte à sa sphère traditionnelle d’influence.

« La principale tâche est d’augmenter la capacité de combat de nos forces, avant tout celles de nos forces stratégiques nucléaires. Elles doivent être capables de remplir toutes les tâches indispensables pour assurer la sécurité de la Russie », a poursuivi le chef de l’Etat.

Les déclarations du président russe tranchent avec plusieurs manifestations récentes d’apaisement de part et d’autre. Pour préparer la première rencontre officielle entre Barack Obama et son homologue russe, le 2 avril dans le cadre du G20 à Londres, la secrétaire d’État Hillary Clinton et son homologue russe, Sergueï Lavrov, s’étaient rencontrés début mars à Genève. Au menu des discussions figuraient la relance des négociations sur le désarmement et la non-prolifération nucléaire. Washington souhaite remettre sur les rails les pourparlers sur le renouvellement du traité de réduction des armes stratégiques (Start-1), qui expire fin 2009. Le Kremlin s’y était montré plutôt favorable. La veille, le dialogue entre la Russie et l’Otan, gelé l’été dernier après l’opération militaire russe en Géorgie, avait même été renoué.

Quelques jours plus tôt, on apprenait également que le président Obama avait fait parvenir à Dmitri Medvedev une lettre secrète, proposant de revenir sur le déploiement d’un bouclier antimissile en Europe centrale si la Russie contribuait à dissuader l’Iran de construire la bombe.

- INFOGRAPHIE : l’OTAN à la loupe

- BLOG - Le coup de bluff militaire de Medvedev


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :