lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le chef du Renseignement égyptien rencontre George Mitchell à (...)

Le chef du Renseignement égyptien rencontre George Mitchell à Washington

AFP

mercredi 18 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le chef des services de renseignement égyptien, Omar Souleimane, a rencontré mardi à Washington l’émissaire spécial des Etats-Unis pour le Proche-Orient, George Mitchell, a-t-on appris auprès du département d’Etat.

Figure clé des négociations indirectes entre Israël et le Hamas, maître de la bande de Gaza, M. Souleimane a également rencontré le secrétaire d’Etat adjoint par intérim chargé du Proche-Orient, Jeffrey Feltman, a précisé à l’AFP un responsable du ministère américain des Affaires étrangères ayant requis l’anonymat.

L’émissaire égyptien pourrait rencontrer mercredi la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a-t-il indiqué.

Interrogé à ce sujet au cours d’un point de presse, le porte-parole du département d’Etat, Robert Wood, a indiqué simplement que M. Souleimane aurait des entretiens "aujourd’hui et demain" avec des responsables du département d’Etat qu’il n’a pas nommés.

Selon un responsable égyptien ayant requis l’anonymat, M. Souleimane s’est déplacé à Washington pour demander aux autorités américaines d’assouplir leur position envers le Hamas afin que le mouvement islamiste puisse participer à un gouvernement palestinien internationalement reconnu.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit se trouve pour sa part à Bruxelles, où il s’entretient avec divers responsables dont le chef de la diplomatie européenne Javier Solana.

Le Hamas et le Fatah sont en conflit ouvert depuis que le mouvement islamiste, vainqueur des législatives palestiniennes de 2006, a délogé de Gaza par la force les fidèles du président Abbas en juin 2007.

Lors de sa visite le 4 mars en Israël, Mme Clinton avait affirmé que son administration refuserait de travailler avec un gouvernement palestinien comprenant le Hamas si ce dernier ne reconnaissait pas Israël et ne renonçait pas à la violence.

"S’il y a un gouvernement d’union comprenant le Hamas, alors nous attendons du Hamas qu’il respecte les principes posés par le Quartette", a-t-elle dit.

Le Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, ONU et Union européenne) refuse de discuter avec le Hamas, exigeant qu’il reconnaisse Israël, renonce à la violence armée contre l’Etat hébreu et accepte les précédents accords de paix signés entre Israéliens et Palestiniens.

Le Hamas rejette ces conditions.

Depuis huit jours, les factions palestiniennes, dont les rivaux du Hamas et du Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, participent au Caire à des réunions de "réconciliation" en vue de la formation notamment d’un gouvernement "d’entente nationale".

Mais ces discussions achoppent toujours, selon des négociateurs, sur le programme du prochain gouvernement.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :