dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > DCNS. L’armement du 3e BPC pourrait échapper à Brest

DCNS. L’armement du 3e BPC pourrait échapper à Brest

Catherine Magueur, Letelegramme.com

mercredi 18 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

DCNS. L’armement du 3e BPC pourrait échapper à Brest

Le plan de relance de la défense est sur les rails. La commande du troisième bâtiment de projection et de commandement (BPC), est bien prévue au programme a confirmé hier à Paris le DGA, Laurent Collet-Billon. La notification va être rapide selon de bonnes sources, mais le schéma du contrat n’est pas encore complètement ficelé.

Commande anticipée

Cette commande, prévue dans le cadre de la prochaine loi de programmation, est prévue « avant fin avril, si possible dans la première quinzaine ». Elle a été anticipée, parce que ce bâtiment correspond à un besoin de la marine certes, mais surtout pour donner un coup de pouce (rapide) à l’industrie navale. Le 3e BPC -qui sera mis en service en 2012- ressemblera à ses prédécesseurs, Mistral et Tonnerre. DCNS Brest et Saint- Nazaire avaient construit la moitié de chaque BPC, les bâtiments étant armés à Brest. Ce n’est pas cette fois le schéma retenu. La plate-forme sera construite à Saint-Nazaire qui a bien des difficultés avec son plan de charge. Mais Brest a déjà un savoir-faire pour la réalisation du système d’armes des BPC. Il paraîtrait logique que le troisième subisse le même sort. Pourtant, DCNS Brest n’aurait pas la préférence. Des négociations « très serrées », dit-on à la DGA, sont en cours entre les industriels, DCNS et STX. L’objectif est clair : il faut du travail pour Saint-Nazaire et il faut serrer les coûts au maximum.

Nouveau coup dur

La facture pour les deux premiers BPC était de 400millions d’euros par bâtiment, 3/4 pour la plate-forme, 1/4 pour les systèmes d’armes. Il faudrait cette fois être en dessous de cette barre. Les essais seraient programmés à Toulon. Un BPC « tout Saint-Nazaire », ou un « Saint-Nazaire-Toulon » paraît tenir la route. Si la réalisation du système d’armes et son installation ne se font pas à Brest, ce serait un nouveau coup dur ; on ne verrait plus de nouveaux bateaux gris sur le site.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :