vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Allemagne : la bataille des drones

Allemagne : la bataille des drones

TTU.fr

lundi 23 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

L’Allemagne veut ses drones. En fait, bien que des études sur le sujet essaiment au début des années 90 (Dasa), l’armée de l’air allemande n’a, semble-t-il, jamais été très réactive. Il a fallu attendre 2007 pour qu’un accord entre la France, l’Allemagne et l’Espagne confie le développement d’un projet de drone à EADS (Advanced UAV).

Dans le cadre du programme Saateg, l’Allemagne a défini ses objectifs et listé ses besoins tant dans le domaine de la reconnaissance et la collecte d’informations optiques sur les champs de bataille que de l’action offensive. En 2008, un appel d’offres a été lancé pour l’acquisition de cinq drones et de deux stations terrestres de guidage pour environ 165 millions euros.

Deux offres sérieuses ont été retenues. Le Predator B américain (Reaper) de General Dynamics, en coopération avec l’allemand Rheinmetall Defence Electronics, et le Heron TP d’Israel Aerospace Industries (IAI), en coopération avec un autre allemand, Diehl BGT Defence. Le premier, favorisé par la Luftwaffe, est déjà produit en série et a largement fait ses preuves. Le second est entré en service dans l’armée israélienne en 2007.

La préférence affichée par l’Office fédéral de la technique militaire et des approvisionnements, courant 2008, pour le Héron TP en a surpris plus d’un. Selon plusieurs experts, ce choix plus politique que militaire s’inscrit probablement dans le cadre de marchés de compensation, suite à la vente en 2005 de deux sous-marins Dolphin allemands à Israël pour une valeur d’environ un milliard d’euros.

Toujours est-il que la décision définitive du ministère était attendue pour les mois de février-mars 2009. Ce débat intervient alors que les parlementaires ont déjà sollicité EADS à plusieurs reprises. Selon Rüdiger Wolf, secrétaire d’Etat à l’Armement, les premiers résultats de l’étude devraient être connus en milieu d’année. Placé face à un choix politiquement difficile dans une période préélectorale (élections en septembre 2009), il est probable que la décision ne sera pas prise avant 2010.

Cela permettra au moins aux Allemands d’étudier ou de réétudier non seulement les offres américaine (Reaper), israélienne (Héron TP) et européenne (A-UAV), mais aussi, pourquoi pas, franco-espagnole, avec le projet de drone (MALE) développé par Thales, Dassault et l’espagnol Indra, qui travaillent sur la base d’une plate-forme israélienne sortie tout droit de chez IAI.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :