samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Espionnage de salariés et journalistes : le patron de la Bahn très (...)

Espionnage de salariés et journalistes : le patron de la Bahn très fragilisé

AFP

dimanche 29 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

La pression montait vendredi sur le patron de Deutsche Bahn Hartmut Mehdorn, après de nouvelles révélations sur l’espionnage de salariés et de journalistes.

Les deux principaux syndicats de la compagnie publique de chemins de fer, Transnet et GBDA, ont lancé un appel à sa démission.

"M. Mehdorn doit tirer les conséquences qui s’imposent, ou alors ce sera au propriétaire de Deutsche Bahn de le faire", c’est-à-dire l’Etat, a dit Alexander Kirchner, le dirigeant de Transnet, lors d’une conférence de presse commune des deux organisations à Berlin.

Ils ont été rejoints par le parti social-démocrate SPD, qui partage le pouvoir avec les conservateurs de la chancelière Angela Merkel en Allemagne.

"Il s’est passé dans l’entourage de M. Mehdorn des choses qui relèvent de la violation de la loi", a estimé l’expert du parti pour les transports, Uwe Beckmeyer, en estimant que c’était "désormais au gouvernement d’agir", selon une interview au quotidien Die Welt à paraître samedi.

Les partis d’opposition FDP (libéraux) et Verts se sont joints aux appels à la démission vendredi.

M. Mehdorn a rejeté ces appels vendredi : "Je ne suis pas disposé" à démissionner, a-t-il dit en lisant une brève déclaration à la presse.

Selon le magazine Der Spiegel et le quotidien Süddeutsche Zeitung, Deutsche Bahn aurait passé en revue des courriers électroniques de nombreux salariés afin de déceler lesquels étaient en contact avec des journalistes ou des experts critiques de l’entreprise.

Le patron de Deutsche Bahn a assuré vendredi qu’il n’y avait "aucun signe de violation de la loi" dans les pratiques de son entreprise concernant le courrier électronique des salariés.

Il a toutefois fait valoir que Deutsche Bahn devait se protéger de toute "violation du secret professionnel".

La société n’a toutefois "espionné personne, ni journaliste, ni syndicaliste, ni responsable politique, ni salarié", a dit M. Mehdorn.

Il s’agit d’un nouveau rebondissement dans une affaire d’espionnage de salariés qui dure depuis plusieurs semaines déjà.

Deutsche Bahn était au départ accusée d’avoir comparé les données de ses salariés et celles de ses fournisseurs dans le cadre de la lutte contre la corruption.

Les révélations sur cette pratique ont fortement fragilisé la position de M. Mehdorn.

Le patron des chemins de fer allemand, au tempérament très affirmé, avait longtemps rechigné à s’excuser auprès de son personnel pour cette surveillance des relations avec les fournisseurs.

C’est en enquêtant sur ce premier scandale que des experts externes auraient découvert que Deutsche Bahn avait aussi mis en place un système permettant de déceler tout courrier électronique contenant le nom de certains journalistes ou experts du secteur ferroviaire.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :