samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Obama : Al-Qaïda prépare des attentats contre les Etats-Unis

Obama : Al-Qaïda prépare des attentats contre les Etats-Unis

Nouvelobs.com

dimanche 29 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Al-Qaïda et ses alliés sont "un cancer" qui risque de détruire le Pakistan, a averti le président américain, en présentant la nouvelle stratégie des Etats-Unis pour éliminer le terrorisme en Afghanistan et au Pakistan.

Dans un discours présentant la nouvelle stratégie des Etats-Unis pour éliminer le terrorisme en Afghanistan et au Pakistan, le président des Etats-Unis Barack Obama a prévenu, vendredi 26 mars, qu’Al-Qaïda "prépare activement des attentats contre les Etats-Unis depuis ses refuges au Pakistan". "Al-Qaïda et ses alliés extrémistes sont un cancer qui risque de tuer le Pakistan de l’intérieur", a-t-il également averti.

Le Pakistan se situe au coeur de la nouvelle stratégie présentée par le président américain. Il prévoit un effort civil et militaire accru mais aussi une aide financière en hausse pour Islamabad, afin de vaincre le réseau terroriste Al-Qaïda.

Quant à la situation en Afghanistan, où les violences n’ont cessé de s’intensifier depuis deux ans, elle est "de plus en plus dangereuse", a-t-il dit.

"Je veux que les Américains comprennent que nous avons un objectif clair : désorganiser, démanteler et vaincre Al-Qaïda au Pakistan et en Afghanistan et empêcher leur retour dans l’un ou l’autre de ces pays à l’avenir. Et aux terroristes qui nous combattent, mon message est le même : nous vous vaincrons", a-t-il déclaré.

Des moyens supplémentaires

Dans le cadre de la nouvelle stratégie américaine dans ces deux pays, Barack Obama a annoncé des moyens supplémentaires sur les plans économique et militaire. Il prévoit notamment d’accroître l’aide économique apportée au Pakistan en la portant à 1,5 milliard de dollars par an sur cinq ans, tout en précisant qu’il ne s’agit pas d’un "chèque en blanc".

Il a toutefois rappelé les autorités pakistanaises à l’ordre : "Le Pakistan doit donner la preuve de sa détermination d’éliminer Al-Qaïda et tous les extrémistes violents qui se trouvent à l’intérieur de ses frontières", a-t-il déclaré. "Nous insisterons pour que (le Pakistan) agisse d’une manière ou d’une autre quand nous avons des renseignements concernant d’importantes cibles terroristes", a-t-il martelé.

Les Etats-Unis appellent leurs alliés à accroître leur aide

Le président américain a également demandé à ses alliés d’accroître leur aide civile en Afghanistan, et de fournir des formateurs pour les forces de sécurité afghanes. Mais, là aussi, il a mis en garde les dirigeants afghans : les Etats-Unis ne fermeront pas les yeux sur la corruption au sein du gouvernement afghan, a-t-il averti.

L’émissaire spécial des Etats-Unis en Afghanistan et au Pakistan, Richard Holbrooke, a, sur ce point, déclaré aux journalistes vendredi que "de nombreux pays" avaient promis "en privé" à Washington d’envoyer "soit de forces pendant les prochaines élections" en Afghanistan, soit une aide non-militaire. "Nous devons nous occuper du problème de l’ouest du Pakistan", a également déclaré l’émissaire spécial américain à propos de cette région frontalière à l’Afghanistan. "Tous nos responsables l’admettraient volontiers : de tous les défis auxquels nous faisons face, c’est le plus effrayant", a-t-il dit.

Régler le problème afghan avec l’Iran et l’Inde

Le président américain a également proposé la création d’un nouveau groupe de contact sur l’Afghanistan et le Pakistan. Celui-ci inclurait des pays de la région, y compris l’Iran et l’Inde. Ce groupe de contact "doit rassembler tout ceux pour lesquels la sécurité dans la région est un enjeu, nos alliés de l’Otan et d’autres partenaires, mais aussi des Etats d’Asie centrale, les nations du Golfe et l’Iran, la Russie, l’Inde et la Chine", a insisté Barack Obama.

Sans surprise, il a confirmé sa volonté de considérer le problème afghan à l’échelle régionale. Pour ce faire, il s’est déclaré prêt à associer des pays hostiles aux Etats-Unis comme l’Iran ou aux relations très tendues avec le Pakistan, comme l’Inde.

"Aucune de ces nations ne tire profit d’une base pour les terroristes d’Al-Qaïda ou d’une région qui sombre dans le chaos", a souligné le président américain.

"Tous ont un intérêt dans la promesse d’une paix durable, la sécurité et le développement", a-t-il conclu.

Cette nouvelle stratégie américaine s’appliquera dans le cadre d’un rôle renforcé des Nations unies dans la région.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :