lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > ABM-Iran : pas question de marchander avec les Etats-Unis (Medvedev)

ABM-Iran : pas question de marchander avec les Etats-Unis (Medvedev)

RIA Novosti

lundi 30 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Dans un entretien accordé à la BBC le président russe a qualifié de non-conformes à la réalité les informations sur la "proposition d’échanger" la question sur la défense antimissile américaine en Europe contre le problème de la situation autour du programme nucléaire de l’Iran.

"Je ne pense pas qu’un marchandage soit admissible (en la matière)", a déclaré le leader russe.

M. Medvedev a dit ne pas douter que ces questions seraient débattues avec le président américain. "Je pense que c’est l’avis du président Obama", a-t-il ajouté.

MM. Medvedev et Obama tiendront leur première rencontre lors du sommet du G20 de Londres.

"Pour ce qui est de l’Iran, nous entretenons des rapports plein format avec cet Etat et notre position s’appuie sur les résolutions connues de l’Organisation des Nations Unies et les approches préconisées par l’AIEA, nous l’avons toujours dit aux Iraniens", a déclaré M. Medvedev.

Les Etats-Unis soupçonnent l’Iran de vouloir créer l’arme atomique, Téhéran déclare à son tour que son programme est exclusivement pacifique.

Les positions de Moscou et de Washington sur le problème du déploiement en l’Europe de l’Est d’éléments de la défense antimissile américaine divergent notablement. Les Etats-Unis déclarent que le déploiement de l’ABM poursuit avant tout l’objectif de se protéger contre les missiles iraniens, la Russie voit dans ce système une menace à sa sécurité.

M. Medvedev a évoqué la situation en Afghanistan, déclarant qu’il est impossible de gouverner ce pays depuis l’étranger.

"Nous sommes prêts à participer aux efforts d’instauration de l’ordre et de prévention d’attentats terroristes, y compris dans le cadre des engagements dont nous nous sommes chargés", a indiqué le président russe qui estime que plusieurs menaces persistent en Afghanistan.

"Je pense que tôt ou tard l’Afghanistan doit se doter d’une structure politique normale et développée", a noté le président russe.

"Il est impossible de gouverner l’Afghanistan au moyen d’une alliance, de le gouverner depuis l’étranger. L’Afghanistan doit trouver son chemin à vers la démocratie", a affirmé M. Medvedev.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :