lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Visite du Centre d’essais de lancement de missiles, leader européen (...)

Visite du Centre d’essais de lancement de missiles, leader européen des tests en vol

Jean-Louis Hugon, SudOuest.com

mardi 31 mars 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le CELM (Centre d’essais de lancement de missiles), ancien Centre d’essais des Landes, a son site principal situé à Biscarrosse, entre Biscarrosse-plage et l’étang d’Aureilhan. Dirigé par l’ingénieur général François Coté, qui organisait récemment un exercice Nawas (lire « Sud Ouest » du 11 mars), ce centre est utilisé par les troupes de toute l’Europe, et même d’autres pays, pour tester leurs appareils militaires et effectuer des tirs de missiles.

Le plus connu est le M51, missile intercontinental d’une portée de plusieurs milliers de kilomètres, dont trois tirs ont déjà été réussis, mais le centre teste également des armes moins puissantes, comme le ASMP-A (air-sol moyenne portée air), dont le programme d’évaluation sur Mirage est terminé, avant de passer à son expérimentation sur les Rafale. D’autres exercices concernent des torpilles légères tirées depuis des hélicoptères, l’armement des Frégates de la marine et les hélicoptères Tigre de combat. Des brigades ou régiments français ou venus d’autres pays, y testent également leur armement, tels les missiles Hawk (36 kg de charge, portée jusqu’à 60 km), Mistral (1 kg de charge, 10 km de portée) ou Crotale.

Haute technicité

Ces divers armements sont testés grandeur nature, grâce à un équipement de haute technicité. Le CELM dispose, en effet, d’un poste de contrôle et de conduite des tirs, véritable salle de lancement comme à Cap Canaveral, où caméras et radars retransmettent tous les tirs sur écran. Les cibles y sont repérées et suivies et leurs trajectoires reproduites sur diagrammes représentatifs. Radars aériens et maritimes au service de toutes les manoeuvres et tirs d’expérimentation, autorisent pour chaque scénario une surveillance maximale. Ainsi, certains périmètres côtiers et en mer sont interdits à la navigation maritime et aérienne, des bâtiments de l’armée (navires et hélicoptères) étant envoyés pour surveillance.

Enfin, les cibles de ces différents exercices de tir sont aussi des engins lancés et dirigés depuis le CELM. Mini-avions Banshee de 2 mètres d’envergure volant à 100 mètres par seconde, ou réacteurs Mirach atteignant Mach 0,85 et dotés d’un plafond de 10 000 mètres sont suivis de près sur les écrans. Des cibles marines servent également à ces tirs, pour parfaire le travail du leader européen en matière d’essais en vol de missiles.

Voir les photos


Les chiffres

700 hommes

3 sites. Gâvres (Lorient), Toulon et l’Île du Levant (Méditerranée) et Biscarrosse.

EFFECTIFS. 1 100 hommes au total (dont 700 à Biscarrosse).

Chiffre d’affaires. 130 millions d’euros (60 % d’essais, 40 % d’expérimentations).

Surface. 25 000 hectares, avec 25 km de façade maritime et 6 à 7 km de large en moyenne.

Biscarrosse-plage

Le CELM de Biscarrosse, installé devant l’océan, est le théâtre privilégié des essais et expérimentations de nombreux systèmes d’armes. photo dga


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :