dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Obama souhaite une Europe militaire renforcée

Obama souhaite une Europe militaire renforcée

Nouvelobs.com

samedi 4 avril 2009, sélectionné par Spyworld

logo

A l’issue d’une rencontre avec Nicolas Sarkozy avant l’ouverture du sommet de l’Otan, le président américain a plaidé pour plus d’engagement européen en Afghanistan. La France, a affirmé Sarkozy, n’enverra pas plus de renforts.

Avant le sommet de l’Otan, qui sera dominé par l’Afghanistan, le président américain Barack Obama a déclaré vendredi 3 avril qu’il souhaitait une Europe forte, aux "capacités militaires renforcées". "Nous ne cherchons pas à être le patron de l’Europe, nous cherchons à être des partenaires avec l’Europe. Nous voulons des alliés forts. Nous voudrions voir l’Europe avoir des capacités militaires renforcées", a assuré Obama, dans une conférence de presse conjointe avec le président français Nicolas Sarkozy, à l’issue d’un entretien bilatéral.

"Plus ils (les Européens) seront capables en matière de défense, plus nous pourrons agir de concert face aux défis auxquels nous devons faire face ensemble", a-t-il dit.

Selon Barack Obama, en raison de la proximité de ses bases arrières en Afghanistan et au Pakistan, "il est probablement plus vraisemblable qu’Al-Qaïda lance une grave attaque terroriste en Europe qu’aux Etats-Unis".

Obama appelle l’Europe à plus d’engagement

Barack Obama a par ailleurs prévenu les Européens qu’ils ne devraient pas s’attendre à ce que les Etats-Unis portent seuls le poids de la lutte contre le terrorisme.

Une semaine après avoir dévoilé les grandes lignes d’une nouvelle stratégie américaine pour l’Afghanistan, Barack Obama a appelé les pays européens à se porter davantage en première ligne. Cette stratégie "aura une composante militaire et l’Europe ne devrait pas s’attendre à ce que les Etats-Unis portent seuls ce fardeau", a-t-il déclaré devant des milliers de personnes rassemblées dans un gymnase de Strasbourg.

"Parce que c’est un problème qui nous est commun. Et il nécessite un effort conjoint", a-t-il ajouté, à propos du combat contre les talibans et leurs alliés d’Al-Qaïda.

Pas de renforts supplémentaires français en Afghanistan

"La France comprend que le fait qu’Al-Qaïda opère dans des sanctuaires qui peuvent être utilisés pour des attaques terroristes représente une menace pas seulement pour les Etats-Unis mais pour l’Europe", a ajouté le président américain.

"Nous soutenons complètement la stratégie américaine en Afghanistan", a déclaré de son côté Nicolas Sarkozy. Il a indiqué qu’il n’y aurait pas davantage de renforts militaires français. Mais, a-t-il ajouté, "nous sommes prêts à faire davantage sur le plan de la police, de la gendarmerie, sur le plan de l’aide économique pour former des Afghans et pour l’Afghanisation".

Dans le cadre d’une nouvelle stratégie pour l’Afghanistan, où les alliés sont confrontés à la résurgence de l’insurrection talibane, les Etats-Unis ont décidé d’envoyer 21.000 militaires supplémentaires dans ce pays et de renforcer leur aide civile.

Aide à l’Afghanistan

Plusieurs pays européens ont l’intention aussi de renforcer leur aide civile à l’Afghanistan. Mais en termes militaires, l’action européenne reste extrêmement limitée et devrait se traduire, lors du sommet de l’Otan, par l’annonce de l’envoi de quelques centaines de gendarmes pour aider à la formation de la police afghane.

Barack Obama a salué Nicolas Sarkozy. "Il ne cesse de faire preuve d’imagination, de créativité" et "il est présent sur tellement de fronts qu’on a du mal à suivre" parfois, a fait valoir le président américain. Il a souligné que le sommet du G20 à Londres sur les moyens de contrer la crise économique "n’aurait pas été celui qu’il a été" sans le "rôle de leadership extraordinaire" de la France.

"Parfaite identité de vues"

Entre la France et les Etats-Unis, "il y a une parfaite identité de vues" sur beaucoup de sujets, a renchéri le président français, soulignant avoir apprécié "l’ouverture d’esprit" de Barack Obama. Les Etats-Unis et la France ont "la même vision du monde", a ajouté Nicolas Sarkozy, en justifiant une nouvelle fois, face à une opinion française sceptique, le retour de Paris dans le commandement militaire intégré de l’Otan. "Ca fait du bien de pouvoir travailler avec un président des Etats-Unis qui a envie de changer le monde", a souligné le chef d’Etat français.

Barack Obama a enfin appelé la Corée du Nord à stopper les préparatifs de son lancement de missile, le qualifiant de "provocateur". "Nous avons fait savoir clairement aux Coréens du Nord que leur lancement de missile est provocateur", a-t-il déclaré.

Selon certaines sources, ce lancement pourrait intervenir samedi, alors que les 28 membres de l’Otan seront réunis en sommet pour célébrer le 60e anniversaire de l’Organisation.

Avec Merkel à Baden-Baden

Après son tête-à-tête avec Nicolas Sarkozy à Strasbourg, Barack Obama a rejoint la chancelière allemande Angela Merkel à Baden-Baden.

Sous les acclamations de la foule, le président américain et la chancelière allemande ont traversé la place du marché de cette petite station thermale, avant leur entretien bilatéral. C’est leur premier depuis l’élection de Barack Obama et depuis sa visite à Berlin en juillet dernier pendant la campagne.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :