mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’espionnage « pourrait perturber » la lutte contre le (...)

L’espionnage « pourrait perturber » la lutte contre le terrorisme

Peopledaily.com.cn

mardi 7 avril 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Les Etats-Unis ont transformé leur seule base de la force de l’air qui lui reste en Asie centrale en un centre de surveillance le plus moderne pour espionner la Chine et la Russie, selon un documentaire d’actualité.

Ce documentaire, intitulé "Base " et diffusé à la TV Rossiya, montre une cour avec des constructions à deux étages et sans fenêtres à la base de Manas au Kirghizistan. "Dans une de ces constructions, il y a un système de surveillance radio-électronique multi-fonctionnel et à multi-canaux ", fait savoir le documentaire.

"Cette station peut écouter le monde entier jusqu’à chaque fax, chaque message électronique. Chaque appel depuis un téléphone mobile et un téléphone fixe est enregistré et traité. Des milliards de messages sont interceptés", explique le documentaire.

"A Manas, les Etats-Unis ont construit une station qui contrôle l’Asie centrale, certaines parties de la Chine et de la Sibérie. Pour les Américains, l’existence d’un tel système d’intelligence à la base est plus importante qu’une simple voie de passage ".

Peng Guangqian, expert militaire chinois, a dit : "Il y a deux genres de collection de données, l’une est légale et l’autre, illégale. Evidemment, celle que la base américaine fait, dépasse toute limite permise par la loi ".

Si cela est vrai, il reflète le double critère de Washington en terme de collection de données et une telle action menée sous la bannière de combat contre le terrorisme fait obstacle à l’accomplissement de sa mission.

Sun Zhuangzhi de l’Académie des Sciences sociales de Chine et expert en études de l’Asie centrale, a dit que le moment choisi par cette chaîne de télévision russe pour la projection de ce documentaire serait peut-être le signal d’une confrontation entre la Russie et les Etats-Unis dans cette région.

Un officiel du Département américain de la Défense a dit à Reuters vendredi dernier 3 avril que ce reportage de la TV a été diffusé juste au moment où des officiels américains et kirghizs ont repris le dialogue sur le futur de cette base.

Après qu’il avait obtenu une aide économique de 2 milliards de dollars de la part de Russie, le Kirghizistan a dit à Washington en février de fermer la base située près de sa capitale Bishkek. Cette base est utilisée par les Etats-Unis pour acheminer des approvisionnements à leurs troupes en Afghanistan. Les Américains sont tenus de quitter la base en août.

L’année dernière, le Congrès américain et des groupes de réflexion ont critiqué la "capacité croissante de guerre informatique" de Chine et accusé le piratage chinois d’ordinateurs d’autres pays. Le ministère chinois des Affaires étrangères a réfuté une telle accusation, en la qualifiant d’un mensonge fabriqué de toutes pièces basé sur la mentalité de guerre froide.

"Avec des fonds abondants, la technologie la plus avancée et un réseau de collection de données mondiales, les Etats-Unis sont engagés dans la collection de données mondiales. Ils n’ont pas le droit d’accuser tel ou tel autre pays dans ce sens et n’ont pas le droit d’inventer des mensonges", a dit M.Peng.

Chen Xuehui, expert des études militaires internationales de l’Académie de la Science militaire de l’Armée populaire de Libération de Chine, a dit que l’espionnage est un des facteurs pour lesquels la Chine, la Russie et d’autres pays ne veulent pas rejoindre les Etats-Unis dans la coopération militaire en matière d’activités anti-terrorisme en Afghanistan.

"Certes, la Chine et la Russie soutiennent la lutte contre le terrorisme, parce que cela est dans l’intérêt des deux pays et de la région, mais elles s’inquiètent de ce que Washington utilise cela pour son propre compte", a-t-il dit.

Un tel espionnage portera atteinte à la confiance et perturbera la lutte contre le terrorisme, une tâche importante du gouvernement américain, a-t-il ajouté.

Le film documentaire a été réalisé par Arkady Mamontov, journaliste russe qui avait suscité une querelle en 2006 entre Londres et Moscou avec un autre documentaire montrant des scènes où il y avait, selon ce journaliste, des espions britanniques utilisant un roc où ils avaient installé un mécanisme électronique pour collecter des renseignements secrets.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :