vendredi 31 octobre 2014

Accueil du site > Technologie > La majorité présidentielle grande gagnante des Big Brother Awards

La majorité présidentielle grande gagnante des Big Brother Awards

Vincent Delfau, Lemondeinformatique.fr

mardi 7 avril 2009, sélectionné par Spyworld

logo

La majorité peut pavoiser : sa récolte de « prix Orwell » 2009 est abondante. Ces distinctions, remises chaque année depuis une décennie par l’ONG Privacy International dans le cadre de la cérémonie des Big Brother Awards, sont décernées à « celles et ceux qui se sont illustrés en matière de promotion de la surveillance, d’atteintes aux libertés ou à la vie privée ».

Deux membres du gouvernement ont été récompensés cette année. Michèle Alliot-Marie, la ministre de l’Intérieur, hérite ainsi d’un Orwell pour l’ensemble de son oeuvre. A travers ce prix, Privacy International met en lumière le « goût immodéré des fichiers de police » de la ministre, pointant une progression de 70% en trois ans du nombre de bases de données, d’Ardoise à (feu) Edvige, en passant par Cristina(1) ou Gesterex(2). MAM hérite également de cet ’Award’ pour sa « novlangue », un terme issu du monde imaginé par George Orwell, qui se caractérise par une extrême simplification d’une langue aboutissant à l’impossibilité d’exprimer des concepts subversifs ou critiques. Appliqué à la locataire de la place Beauvau, ce concept vise « sa promotion de la vidéosurveillance, ses invitations à la délation et son talent à fabriquer un ’ennemi intérieur’ ».

Autre ministre primé, Eric Woerth, en charge du Budget, reçoit l’Orwell ’Etats et Elus’. Il voit récompensé son goût pour les fichiers, notamment pour le RNCPS(3), un « fichier central qui remet au goût du jour le funeste projet Safari des années 70, menant à l’interconnexion massive des bases de données avec le NIR (numéro d’inscription au répertoire c’est à dire numéro de sécurité sociale) comme identifiant unique. »

Unanimité du jury pour Frédéric Lefebvre

La majorité présidentielle est encore primée avec l’Orwell ’Mention spéciale’ accordée à Frédéric Lefebvre, député et porte-parole de l’UMP. Privacy International met en avant « son incompétence et son insistance à vouloir contrôler Internet par le biais du CSA, ses arguments iniques pour soutenir la loi Hadopi, pour vouloir traquer la délinquance dans les maternités et bien d’autres choses... ». Un temps pressenti pour succéder à Eric Besson au secrétariat d’Etat à l’Economie numérique, l’homme qui ignorait ce qu’est le Web 2.0 est parvenu à recueillir l’unanimité du jury.

Pour ne pas froisser l’opposition, la manifestation des Big Brother Awards a tenu à remettre l’Orwell ’Localité’ à Bertrand Delanoë, le maire de Paris, et Christophe Caresche, son ancien adjoint à la sécurité. Les deux élus sont primés « pour avoir succombé aux sirènes de la vidéosurveillance, faisant allégeance à la surenchère sécuritaire du gouvernement, faisant fi des études démontrant son inefficacité ».

(1) Cristina : Centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et des intérêts nationaux

(2) Gesterex : Gestion du terrorisme et des extrémismes à potentialité violente

(3) RNCPS : Répertoire national commun de la protection sociale


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :