lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’énorme bourde d’un chef de Scotland Yard

L’énorme bourde d’un chef de Scotland Yard

Flore Galaud, le Figaro

jeudi 9 avril 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Bob Quick, chef de la brigade anti-terroriste, a dû démissionner après avoir été photographié avec des documents confidentiels sous le bras. Problème : y figuraient tous les détails d’une vaste opération anti-terroriste.

Une simple erreur d’inattention qui, si finalement n’a pas eu de répercussions directes, lui a tout de même coûté son poste. Le chef de la section antiterroriste de Scotland Yard a présenté sa démission jeudi au maire de Londres Boris Johnson, après avoir commis une bourde qui a bien failli faire échouer une vaste opération anti-terroriste préparée depuis des mois.

Mercredi, Bob Quick arrive avec des documents confidentiels au 10, Downing Street pour s’entretenir avec le Premier ministre Gordon Brown. Les journalistes le prennent en photo, et, rapidement, s’aperçoivent que l’on distingue très nettement sur les clichés des informations ultra confidentielles au sujet d’une opération anti-terroriste, qui doit se dérouler dans le nord-ouest de l’Angleterre. On pouvait notamment y lire que la police souhaitait arrêter 11 personnes : dix ressortissants pakistanais disposant d’un visa d’étudiant et un Britannique.

Le soir-même, la photo parait dans les médias. Alertée, la brigade s’empresse de procéder aux arrestations, soit vingt-quatre heures plus tôt que prévu. Elle parvient à interpeller 12 hommes, notamment à Manchester et Liverpool. Ils sont tous suspectés d’être liés à Al-Qaida et de préparer un attentat. Ils sont toujours auditionnés par les enquêteurs.

L’opération est donc un succès. Mais, selon le ministre de l’Intérieur Jacqui Smith, la situation pour Bob Quick est « intenable ». « J’ai remis ma démission aujourd’hui en sachant que mon action pourrait avoir compromis une opération antiterroriste majeure », s’explique Bob Quick dans un communiqué publié dans la presse britannique. Le chef du contre-terrorisme fait ensuite son mea culpa : « Je regrette profondément les perturbations causées à mes collègues menant l’opération et leur suis reconnaissant pour la manière dont ils se sont adaptés rapidement et de manière professionnelle à un programme modifié. »

JPEG - 83.6 ko

Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :