vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le Rafale de Dassault exclu d’un appel d’offres (...)

Le Rafale de Dassault exclu d’un appel d’offres indien

Le Monde, avec AFP

jeudi 16 avril 2009, sélectionné par Spyworld

logo

C’est une claque pour le groupe français Dassault : l’Inde a décidé d’exclure l’avion Rafale d’un appel d’offres de 12 milliards de dollars. Cet appel d’offres est destiné à équiper son armée de l’air (IAF) de cent vingt-six chasseurs de combat, a annoncé, jeudi 16 avril, un responsable du ministère indien de la défense.

"Le Rafale est hors course pour le processus d’appel d’offres, parce que, lors des évaluations techniques, la société [Dassault Aviation] n’a pas rempli tous les critères requis", a déclaré anonymement un responsable ministériel. "Dassault ne peut pas soumettre de nouvelles propositions ou offrir des alternatives pour l’évaluation technique et est hors jeu de manière permanente, a-t-il insisté. Nous avons dorénavant un concurrent en moins dans le processus."

Le groupe français a réagi, jeudi, déclarant qu’il ne disposait pas d’information officielle sur l’état d’avancement de l’appel d’offres indien sur des avions de combat, dans lequel le Rafale était en compétition. "Pour l’instant, Rafale International n’a reçu aucune information de la part de sources officielles indiennes sur ce sujet", a déclaré un porte-parole de l’entreprise. Des responsables français se renseignent auprès des autorités indiennes afin d’obtenir des informations supplémentaires, a-t-il ajouté.

Dassault Aviation participait depuis des mois avec son appareil Rafale à cet appel d’offres que l’Inde a lancé pour moderniser la flotte de l’IAF. La bataille se joue maintenant entre le russe MIG et ses MIG-35 et MIG-29, les américains Boeing, avec son F/A-18E/F Super Hornet, et Lockheed Martin, avec le F-16, ainsi qu’entre l’Eurofighter Typhoon européen d’EADS, de BAE Systems et de Finmeccanica et le Gripen du suédois Saab. L’avion de combat du constructeur français n’a toujours pas trouvé preneur à l’étranger, n’ayant essuyé que des revers à l’exportation jusqu’ici.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :