dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Un espion géorgien démasqué en Russie, selon le FSB

Un espion géorgien démasqué en Russie, selon le FSB

AFP

mardi 21 avril 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le Service Fédéral de Sécurité russe (FSB, ex-KGB) a annoncé mardi avoir démasqué un espion géorgien qui enquêtait, selon lui, sur la préparation des jeux Olympiques d’hiver en 2014 à Sotchi (sud).

"Le FSB a démasqué et mis un terme aux activités d’un agent des services de renseignement géorgiens, Mamouka Maïssouradze, envoyé illégalement sur le territoire de Russie pour espionnage et autres activités subversives", a déclaré une source au FSB citée par l’agence Interfax.

Mamouka Maïssouradze, détenteur d’un passeport ukrainien, est arrivé en septembre 2007 à Sotchi, au bord de la mer Noire, où il a ouvert un café internet qui lui servait de relais de communication avec sa direction, selon cette source.

Il avait pour mission de "créer un réseau d’agents dans la région de Krasnodar", dont Sotchi est le chef-lieu, selon cette même source, citée par l’agence Itar-Tass.

Le suspect devait "fournir des renseignements sur la situation sociale et politique dans cette région, ainsi que sur la préparation des jeux Olympiques", selon cette même source.

M. Maïssouradze a "confirmé tout cela" et "donné les noms" des personnes qui l’aidaient dans son entreprise, notamment des Russes qui étaient "en contact avec les services de renseignement géorgiens", selon le FSB.

Entre 2000 et 2007, M. Maïssouradze, qui a travaillé dans l’administration du gouvernement géorgien, a "contacté des leaders indépendantistes tchétchènes" et les a aidés "à se procurer des équipements de renseignements et des explosifs pour les combattants qui se trouvaient en Russie et en Géorgie".

Le secrétaire du Conseil national de Sécurité géorgien, Eka Tkechelachvili, a indiqué à l’AFP ne disposer d’aucune information sur l’arrestation, et estimé que la réaction de Moscou pourrait avoir été provoquée par l’arrestation la semaine dernière en Géorgie d’un membre du mouvement de jeunesse pro-Kremlin Nachi.

"En général, la Russie entreprend de telles actions en signe de représailles et c’est peut-être le cas cette fois-ci", a-t-il déclaré.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :