mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Dassault : feu vert de toutes les autorités de concurrence pour se (...)

Dassault : feu vert de toutes les autorités de concurrence pour se rapprocher de Thales

Alain Ruello, les Echos

vendredi 24 avril 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Reste à lever la dernière clause suspensive : se mettre d’accord sur le futur PDG du groupe d’électronique. Et là, c’est l’incertitude.

A moins d’un mois de l’assemblée générale des actionnaires de Thales, Dassault vient de lever une des quatre clauses suspensives du projet de rachat pour 1,6 milliards d’euros des 21% d’Alcatel-Lucent dans le capital groupe d’électronique de défense. L’avionneur vient en effet d’obtenir les derniers feu verts des autorités de la concurrence ou chargées de veiller aux investissements étrangers compétentes, en Chine et en Allemagne notamment. Mi mars, Bruxelles n’avait déjà rien trouvé à redire à l’opération qui va faire de Dassault l’actionnaire privé de référence de Thales avec, au total, 26% des actions (les 21% d’Alcatel plus les 5% de GIMD, sa maison-mère), agissant de concert avec l’Etat (41%).

Reste désormais à lever le dernier garde-fou pour mener le rapprochement à son terme : se mettre d’accord sur le nom du prochain PDG de Thales. Et sur ce point, c’est l’incertitude. Le mandat de Denis Ranque se termine en 2010, et ce dernier veut que les choses se fassent en suivant une procédure normale de sélection via le comité des nominations du conseil d’administration. De son côté, Dassault a son favori, en la personne de François Quentin, ancien responsable de la division aéronautique de Thales, et n’en démord pas.

Le problème, c’est que Denis Ranque a démis l’intéressé de ses fonctions mi janvier, officiellement pour cause de mauvais résultats. Le dialogue est donc rompu entre le PDG de Thales et son nouvel actionnaire privé de référence, avec l’Etat en arbitre au milieu. Au point que faute de placer l’homme de son choix, l’avionneur n’exclurait pas de jeter l’éponge, arguant de la non levée de la clause suspensive, même si une telle issue ne paraît pas très crédible.

Contactés, ni Dassault, ni Thales n’ont souhaité commenter.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :