mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Venezuela : Hugo Chavez critique un rapport du Département d’Etat (...)

Venezuela : Hugo Chavez critique un rapport du Département d’Etat américain

RIA Novosti

lundi 4 mai 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le président vénézuélien Hugo Chavez a condamné le rapport du Département d’Etat américain sur le terrorisme, dans lequel Caracas est accusé d’"attention insuffisante" envers le problème, et a appelé une nouvelle fois Barack Obama à lever le "blocus sauvage" de Cuba, ont rapporté samedi les médias locaux.

Jeudi, le Département d’Etat américain a publié un rapport sur le terrorisme qui critique la "sympathie idéologique" de Chavez pour les groupements rebelles de gauche, ce qui limite, aux yeux des diplomates américains, "la coopération entre le Venezuela et la Colombie dans la lutte cotre le terrorisme", ainsi que la protection insuffisante des frontières vénézuéliennes.

Ces affirmations ont provoqué l’ire de M. Chavez qui les a "résolument démenties", estimant qu’il s’agissait d’une "nouvelle calomnie".

"Au nom du peuple vénézuélien je rejette cette nouvelle agression de l’empire américain. C’est un nouveau déshonneur, c’est une honte et une agression contre notre pays", a déclaré le président Chavez dans son intervention devant la manifestation qui s’est déroulée à Caracas le 1er mai.

Selon lui, s’il y a un pays "qui lutte contre les peuples du monde en faisant appel à des méthodes violentes, illicites et terroristes depuis cent ans et même plus, ce sont à coup sûr les Etats-Unis".

"Obama a déclaré qu’il souhaitait des changements. Mais il ne s’agit pas de négociations mais d’actes réels (...). Prouvez que vous souhaitez des changements. Arrêtez ce blocus sauvage de Cuba. Si le blocus n’est pas levé, toutes ces phrases seront un mensonge et une farce", a lancé le président vénézuélien.

Les rapports entre les Etats-Unis et le Venezuela, déjà tendus à l’époque du président George Bush, ont connu une crise en septembre 2008, lorsque Chavez, après avoir accusé Washington d’organiser des complots contre le président bolivien Evo Morales, a expulsé du pays l’ambassadeur américain.

La première rencontre des présidents vénézuélien et américain s’est déroulée dans le cadre du sommet des Amériques en avril dernier.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :