vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’Europe de la défense connaît une nouvelle avancée dans le domaine (...)

L’Europe de la défense connaît une nouvelle avancée dans le domaine naval

Le Monde, avec AFP

mercredi 16 novembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

L’accord franco-italien pour la construction de frégates européennes multimissions (Fremm), d’un montant total de 11 milliards d’euros, a été signé, mercredi 16 novembre. La ministre de la défense française, Michèle Alliot-Marie, a annoncé à l’Assemblée nationale que ce contrat avait été "notifié et signé ce matin même, après trois ans d’efforts". "Le plus grand programme naval jamais réalisé en Europe est désormais lancé", a-t-elle ajouté lors de la séance de questions au gouvernement.

"Ce contrat est une contribution majeure de la France et de l’Italie à la construction de l’Europe de la défense puisqu’il s’agit du premier contrat naval porté par l’organisation européenne de coopération en matière d’armement (Occar) et le deuxième plus important financièrement après le contrat des avions de transport A400M", a fait valoir Mme Alliot-Marie.

Il prévoit la construction de 27 frégates, dont 17 pour la France - soit un investissement de 6,5 milliards d’euros -, "et permettra de renouveler la plus grande partie de la flotte de surface de la marine nationale", a-t-elle rappelé. La première livraison est attendue en 2011.

REVIREMENT ITALIEN

Lors du 24e sommet franco-italien, le 4 octobre à Paris, Jacques Chirac et Silvio Berlusconi avaient donné leur feu vert au lancement de la première tranche de ce programme. Mais au dernier moment, contre toute attente, le contrat n’avait pu être signé, le nouveau ministre des finances italien, Giulio Tremonti, refusant de valider son financement.

Depuis, Paris avait multiplié les déclarations optimistes sur une prochaine signature italienne, mais elle tardait à venir, au point que les syndicats du groupe de construction naval français DCN, inquiets de la situation, avaient demandé à rencontrer Mme Alliot-Marie. Finalement, le gouvernement italien a décidé, jeudi dernier, d’allouer près de 2 milliards d’euros au cours des quinze prochaines années pour financer ce projet.

Le ministre de la défense italien, Antonio Martino, a souligné, mercredi, que la signature de ce document exprime "la volonté du gouvernement de respecter ses engagements pris pour le développement d’un projet européen de grande valeur stratégique, opérationnelle et technique, en dépit de l’existence de contraintes budgétaires".

DE NOMBREUSES ENTREPRISES FRANÇAISES TRAVAILLERONT SUR LE PROJET

"Le plan de charge de DCN Lorient après 2008 est désormais assuré. La charge de travail est également conséquente pour les autres sites de DCN, notamment de Brest, dès 2006, mais aussi de Toulon, Ruelle et Indret", s’est félicitée Mme Alliot-Marie. "De nombreuses autres entreprises sont également concernées, [le groupe français d’électronique professionnelle] Thales et [le missilier européen] MBDA", a-t-elle ajouté.

Les Fremm agiront dans le domaine de la lutte anti-sous-marine, de l’action vers la terre et de la lutte anti-navire. Elles ont vocation à remplacer en France les frégates anti-sous-marines (type Georges-Leygues et Tourville) et aériennes (type Aviso) aux côtés des autres frégates (Horizon, Lafayette...).

JPEG - 10.9 ko

Image de synthèse d’une frégate franco-italienne destinée à des multimissions européennes.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :