mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > La Défense nationale a perdu 300 millions $, selon la vérificatrice (...)

La Défense nationale a perdu 300 millions $, selon la vérificatrice générale

Murray Brewster, La Presse Canadienne

mercredi 13 mai 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministère de la Défense nationale a laissé filer 300 millions $ de son budget pour l’exercice 2007-2008 en raison de lenteurs bureaucratiques, a révélé la vérificatrice générale du Canada, mardi, dans son rapport portant sur les dépenses et les activités gouvernementales.

Sheila Fraser a expliqué que les représentants du ministère de la Défense nationale ne sont pas parvenus à fournir aux cadres supérieurs suffisamment d’informations exactes et à temps pour qu’ils puissent décider comment dépenser des sommes qui n’avaient pas encore été utilisées.

Ces sommes ne sont donc plus disponibles au ministère afin qu’il puisse respecter les exigences auxquelles il est soumis, écrit Mme Fraser dans le chapitre de son rapport consacré à la gestion et au contrôle financier de la Défense nationale.

La vérificatrice générale a en outre estimé que cette situation était une grave conséquence pour un organisme gouvernemental qui revendique un plus grand financement pour être en mesure de remplir son mandat.

Le budget du ministère de la Défense nationale pour l’exercice financier 2007-2008 s’est établi à près de 19 milliards $.

En vertu de la loi, les ministères doivent dépenser les budgets qui leur sont alloués chaque année. Tout surplus doit être retourné au Trésor.

Les ministères jouissent d’une marge de manoeuvre, plus particulièrement pour des projets qui impliquent des dépenses s’échelonnant sur plusieurs années, comme c’est souvent le cas pour la Défense nationale lorsqu’elle achète de nouveaux équipements.

Les ministères peuvent conserver un petit pourcentage de leurs surplus budgétaires, mais toutes les sommes qui dépassent une certaine somme doivent être projetées pour des années ultérieures.

Mardi, Sheila Fraser a dit avoir constaté que les activités de gestion et de surveillance de la Défense nationale ne suffisaient peut-être pas à assurer une surveillance efficace de la gestion des ressources.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :