jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Les hackers ne peuvent pas être responsables de la pénétration des réseaux (...)

Les hackers ne peuvent pas être responsables de la pénétration des réseaux informatiques militaires

People.com.cn, via liste Veille.com

lundi 25 mai 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Il n’y a aucune possibilité pour que les hackers, et notamment les hackers chinois puissent accéder aux données top-secret en passant à travers le pare-feu des réseaux informatiques militaires ou gouvernementaux, a annoncé mercredi 20 mai un célèbre spécialiste des réseaux internet.

Le professeur Fang Binxing, ancien directeur de l’équipe d’intervention d’urgence du Réseau informatique national a dit il qu’il n’y a aucune raison scientifique de soupçonner autant les forces militaires que le gouvernement chinois d’espionnage ou de piratage des réseaux informatiques étrangers, car la plupart d’entre eux sont "hors de leur portée".

Les médias étrangers, citant des sources dans les services de renseignements étrangers ont récemment affirmé que des hackers, qui seraient basés en Chine, ont à maintes fois infiltré les réseaux militaires et les ordinateurs des gouvernements de plus de 100 pays.

"Les réseaux contenant des renseignements importants sont impénétrables, car généralement, les militaires isolent complètement leurs réseaux du domaine public pour éviter les tentatives de piratage", a dit le spécialiste de la sécurité des réseaux internet qui est aussi académicien de l’Académie chinoise d’ingénierie.

"S’il y avait eu des cas de vol de renseignements importants, je suis sûr que c’est à cause des agents infiltrés au sein de ces organisations, qui étaient complices du vol, car on ne peut tout simplement pas le faire avec les réseaux informatiques", a-t-il ajouté.

Fang Xingdong, expert en informatique de Beijing a dit que la Chine est devenue victime des hackers du monde entier qui utilisent son réseau pour attaquer les réseaux informatiques des autres pays.

"Les pirates se servent des ordinateurs basés en Chine comme d’un "tremplin". C’est ce qui prête à confusion, même pour l’armée américaine", a-t-il dit à China Daily.

Selon un rapport de sécurité informatique publié le 15 avril par Symantec, le logiciel anti-virus californien, près de 71% des ordinateurs piratés dans la région Asie-Pacifique se trouvent en Chine, qui dispose de 300 millions d’internautes.

En même temps, 38% de tentatives de piratage dans le monde se produisent aux Etats-Unis, comparé à 13% en Chine, mentionne le rapport.

"Les militaires américains s’en prennent à la Chine, car ils veulent que leurs revendications paraissent plus plausibles », a annoncé Fang Binxing.

Le Wall Street Journal a cité les sources de renseignement des Etats-Unis qui ont affirmé à la fin du mois de mars que des hackers chinois avaient volé des données du projet Joint Strike Fighter de Pentagone d’une valeur de 300 milliards de dollars, et ont également infiltré le réseau informatique de l’Etat américain.

Le journal citait aussi les anciens responsables américains qui ont affirmé que les attaques semblent provenir de la Chine, cependant il a précisé qu’il était difficile d’être absolument certain de cela.

Les chercheurs canadiens ont également affirmé que le cyber-réseau d’espionnage basé principalement en Chine piratait des documents des gouvernements et des organismes privés dans 103 pays, ayant même mis la main sur les ordinateurs du Dalaï-Lama et des exilés tibétains.

Les chercheurs ont appelé la prétendue infiltration "GhostNet", mais "qu’ils l’appellent "GhostNet" ou autre chose, c’est juste une expression, et pas un terme technique précis", a dit M.Fang.

L’académicien a également réfuté les informations des journaux étrangers qui faisaient valoir que le système de sécurité chinois "Kylin" peut également être utilisé à des fins militaires.

"Au départ, "Kylin" avait été conçu et utilisé à des fins civiles uniquement. En fait, le plus grand utilisateur de ce logiciel est China Construction Bank," a-t-il dit.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :