mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > L’Espionne de la Reine contre la carte d’identité (...)

L’Espionne de la Reine contre la carte d’identité biométrique

Marc Olanié, Réseaux & Télécoms

lundi 21 novembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Stella Rimington, ex patronne du contre-espionnage britannique durant la guerre froide* jusqu’à la fin des années Thatcher, se montre très dubitative quand à l’utilité de la carte d’identité britannique telle que présentée par l’équipe de Clarke. Souvent brandie comme la parade absolue contre le terrorisme (air connu), cette carte n’est, estime la Maître Espionne, d’aucune utilité si l’on peut aisément en fabriquer une fausse, nous rapportent nos confrères du Register. Le projet de carte d’identité britannique est estimé à près de 600 millions de Livres Sterling par an, investissement totalement inutile s’il est possible de « forger » un document de ce type dans une arrière salle, insiste notre MI5 Woman. Le 10 Downing Street précise que ces propos « ne reflètent que l’opinion personnelle de Mme Rimington »... Dérangeant, pourtant, ces propos. Car émis par une des personnes les plus qualifiées en matière de lutte contre le terrorisme (Dame Stella lutta des années contre l’IRA) et qui n’est pas franchement connue pour ses idées d’extrême-gauche. *Le MI5, ou Security Services. Stella Rimington, a notamment écrit un ouvrage sur sa vie d’espionne, « Open Secret : The Autobiography of the Former Director-General of MI5 ». Voir la critique de l’ouvrage dans le dernier numéro de CSO Magazine


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :