lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Avion disparu : la France a demandé l’aide du Pentagone

Avion disparu : la France a demandé l’aide du Pentagone

AFP

lundi 1er juin 2009, sélectionné par Spyworld

logo

La France a demandé le concours des satellites d’observation et d’écoute du Pentagone pour tenter de localiser l’Airbus A330 d’Air France disparu lors d’un vol Rio-Paris, a-t-on appris lundi dans l’entourage du ministre de la Défense, Hervé Morin.

"Nous avons contacté le Pentagone pour obtenir le concours de ses moyens satellitaires d’observation et d’écoutes électroniques qui pourraient éventuellement nous donner des indices", a-t-on déclaré dans l’entourage du ministre de la Défense Hervé Morin.

Celui-ci doit par ailleurs s’entretenir très prochainement avec son homologue américain Robert Gates "pour déterminer si d’autres moyens peuvent être mise en oeuvre", selon la même source.

"Le ministre (Hervé Morin) a demandé que l’on envoie tous les moyens possibles" dans la zone probable de la disparition, souligne-t-on encore.

Un avion de reconnaissance français Breguet Atlantique, basé à Dakar, a ainsi décollé dès lundi à 14H00 locales (et GMT) de la capitale sénégalaise où la France dispose d’une base militaire. "On estimait à quatre heures le temps de vol nécessaire pour rallier la zone et il doit déjà participer aux recherches", indiquait vers 19H00 (17H00 GMT) une source militaire à Paris.

Cet appareil recevra le renfort d’un Falcon 50 de surveillance maritime et d’un second Breguet Atlantique, qui seront envoyés à Dakar où ils devraient arriver mardi matin.

Un navire de la Marine nationale, le transport de chalands de débarquement Foudre qui participait à un exercice, devait par ailleurs débarquer ses passagers pour faire route dès lundi soir vers la zone de la disparition, a ajouté le ministère de la Défense.

Ce navire, qui croisait dans le golfe de Guinée (le long des côtes d’Afrique de l’ouest), se trouve cependant à "plusieurs jours de mer", avait indiqué auparavant l’état-major des armées.

Selon les autorités brésiliennes, l’appareil d’Air France se trouvait à 565 km du littoral brésilien lors de son dernier contact radio (01H33 GMT) et n’avait ensuite pas été repéré par les radars du Cap-Vert, à 450 km à l’ouest du Sénégal.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :