dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Un chef de l’antiterrorisme assassiné en Espagne

Un chef de l’antiterrorisme assassiné en Espagne

Flore Galaud, le Figaro, avec AFP

vendredi 19 juin 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Une bombe avait été placée sous sa voiture à Arrigorriaga, dans le pays basque espagnol. La méthode employée désigne à l’ETA.

Un responsable de la lutte antiterroriste, Eduardo Puelles Garcia, a été tué vendredi dans un attentat à la voiture piégée à Arrigorriaga, au Pays Basque espagnol (nord du pays). Un meurtre que le gouvernement régional basque a aussitôt attribué à l’ETA, compte tenu du mode opératoire.

L’explosion semble en effet avoir été provoquée par une « bombe ventouse » fixée sous le véhicule, une méthode souvent employée par l’organisation indépendantiste basque pour ses attentats. Elle s’est produite vers les 9 heures du matin sur un parking, probablement au moment où le policier démarrait son véhicule. L’explosion a provoqué un incendie qui s’est ensuite propagé à d’autres voitures.

Vidéo : Les premières images de l’explosion (avec CNN+)

Vidéo : Les premières images de l’explosion (avec CNN+)

« En ces moments si durs et difficiles, je veux dire à la famille du policier qu’elle a toute notre affection et celle de l’immense majorité de la société basque qui ne supporte plus les assassins et canailles de l’ETA », a déclaré en fin de matinée le chef du gouvernement régional basque Patxi Lopez au parlement, où les députés ont observé une minute de silence.

Le chef du gouvernement socialiste José Luis Rodriguez Zapatero a également « condamné l’attentat » depuis Bruxelles, où il participe vendredi au conseil européen. Il a précisé que les forces de l’ordre « recherchaient déjà » les responsables de ce « lâche assassinat ».

Les membres des forces de l’ordre sont des cibles privilégiées de l’ETA, une organisation considérée comme « terroriste » par l’Union européenne et les Etats-Unis. Si sa responsabilité se confirme, il s’agirait de son premier attentat depuis les régionales du 1er mars au Pays Basque, où les socialistes se sont emparés du pouvoir au détriment des nationalistes souverainistes [pour la première fois depuis le retour à la démocratie en Espagne, ndlr].

Il s’agirait par ailleurs du premier attentat meurtrier de l’ETA cette l’année. Le dernier remonte en effet au 3 décembre 2008, quand un tueur avait abattu un entrepreneur de 71 ans à Azpeitia. Son entreprise travaillait sur le chantier de la ligne ferroviaire à grande vitesse basque, cible de l’ETA.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :