jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Des locaux secrets du MI5 au nord de Londres

Des locaux secrets du MI5 au nord de Londres

Zone d’Intérêt

vendredi 19 juin 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Une entreprise de construction révèle par inadvertance des informations sur des locaux secrets du MI5, avant d’être rappelée à l’ordre.

Le Times de Londres révèle qu’une entreprise ayant bâti pour le MI5 des locaux censés demeurer secrets, auraient diffusé des informations sur son site web, dont des photographies, concernant les bâtiments en question. Le MI5 a pour habitude de ne pas dissimuler l’existence de ses principaux centres d’opérations, tels que le célèbre quartier général de Thames House, mais aurait souhaité conserver secrets ces locaux secondaires.

Le MI5 aurait pris la décision, suite aux attentats de 2007, de déplacer certains de ses effectifs et moyens au Nord de Londres, afin de pouvoir mieux coordonner ses opérations. En effet, trois des quatre poseurs de bombes vivaient à Leeds avant les attentats de Londres et le MI5 aurait également reconnu la nécessité d’avoir des effectifs hors de Londres, afin de réagir plus rapidement, notamment suite à l’attaque sur l’aéroport de Glasgow.

C’est donc à cet effet que le gouvernement britannique aurait autorisé la construction de locaux décentralisés, dont l’existence ne fut révélée qu’en 2008, sans que ne soit divulgués leur taille ou leur localisation. Ce nouveau centre d’opérations aurait notamment servi de base avancée aux agents du Five lors de l’Operation Pathway, qui devait mener à l’arrestation de 11 individus suspectés d’être lié à Al Qaïda. Ces arrestations qui ont eu lieu en avril 2009 au nord de Londres, ont du se faire dans la précipitation, un haut responsable de l’anti-terrorisme, Bob Quick, s’étant présenté à une réunion au 10 Downing Street en portant un document détaillant le déroulement d’Operation Pathway aux vues des journalistes et de leurs téléobjectifs. Cette bévue avait alors coûté son poste à Bob Quick et les douze individus furent relâchés faute de preuves suffisantes.

Lire la suite


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :