samedi 19 avril 2014

Accueil du site > Technologie > Nicolas Sarkozy veut préparer le programme Ariane 6

Nicolas Sarkozy veut préparer le programme Ariane 6

AP

dimanche 21 juin 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le président Nicolas Sarkozy a souligné samedi la "nécessité de préparer une nouvelle génération de lanceurs susceptible de succéder à Ariane 5 à l’horizon 2020-2025".

Dans un communiqué de l’Elysée publié à l’occasion de la visite de M. Sarkozy au Salon du Bourget, le chef de l’Etat souhaite que "s’engagent, en concertation avec nos partenaires européens et l’Agence spatiale européenne, les premières études sur ce lanceur en vue de décisions à la conférence ministérielle 2011 de l’ESA".

"Ariane 6", explique M. Sarkozy, "devra être un lanceur modulable, d’une très grande robustesse, et optimisé en termes de coût afin de répondre au mieux tant aux besoins gouvernementaux qu’aux besoins commerciaux, dans un contexte de concurrence accrue".

Le président, précise le communiqué, tire ainsi les "conclusions de la mission de réflexion confiée à Yannick d’Escatha, président du Centre National d’Etudes Spatiales, Bernard Bigot, administrateur général du Commissariat à l’Energie Atomique et Laurent Collet-Billon, délégué général à l’armement".

L’actuel lanceur lourd européen Ariane 5 a fait son premier vol le 4 juin 1996. Initié par l’ESA sur proposition du CNES, le programme Ariane 5 a pour origine la conférence ministérielle de La Haye en novembre 1987, avec pour enjeu "l’indépendance et la compétitivité de l’Europe dans le domaine du transport spatial", selon le CNES.

Successeur d’Ariane 4, Ariane 5 a été initialement conçue pour emporter une charge maximale de 6,8 tonnes sur orbite de transfert géostationnaire, (contre 4,8 tonnes pour Ariane 4), tout en réduisant significativement le coût du lanceur. Il a connu depuis des évolutions, aux capacités d’emport augmentées.

Une orbite géostationnaire est une orbite circulaire, à quelque 36.000km d’altitude au-dessus de l’équateur. Le satellite est d’abord injecté sur une orbite elliptique, de forme ovale, dite de transfert géostationnaire. Son apogée, ou point le plus haut, est proche de l’altitude définitive de 36.000km, tandis que le périgée, ou point le plus bas, est à environ 200km. L’orbite est ensuite progressivement circularisée, grâce au moteur d’apogée du satellite.

Le premier vol de qualification d’Ariane 4, le 4 juin 1996 fut un échec. Deux autres vols, en octobre 1997 puis octobre 1998 ont permis sa qualification.

Le 14 mai dernier, une fusée Ariane-5 a placé en orbite les télescopes Herschel et Planck pour l’Agence spatiale européenne (ESA). Ils doivent notamment permettre d’étudier la formation de l’univers en observant les vestiges de la lumière émise après le "Big Bang".

Selon la société Arianespace, l’opérateur privé commercialisant les lancements d’Ariane, "l’objectif pour 2009 est d’effectuer sept lancements d’Ariane-5". Deux tirs ont déjà eu lieu avec succès, les 12 février et le 14 mai. Le prochain lancement, troisième de l’année 2009, est prévu le 1er juillet, avec la mise sur orbite de TerreStar-1, le plus gros satellite de télécommunications jamais construit.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :