vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Un standard pour faire décoller le marché de la RFID

Un standard pour faire décoller le marché de la RFID

Christophe Guillemin, ZDNet France

mercredi 22 décembre 2004, sélectionné par Spyworld

Le standard permettant de résoudre les problèmes d’interopérabilité et de réduire les coûts de production des étiquettes RFID vient d’être publié. Il devrait permettre la disponibilité d’étiquettes haut de gamme à compter d’avril 2005.

Les étiquettes électroniques fonctionnant par communication radio ou RFID (Radio Frequency Identification) disposent désormais d’un standard technique unique, censé résoudre les problèmes d’interopérabilité et réduire leurs coûts de production.

Baptisé "EPCglobal UHF Generation 2", il a été publié jeudi 16 décembre par la société EPCglobal, en charge de la normalisation des technologies RFID depuis novembre 2003 (à la suite du consortium Auto-ID Center). C’est une filiale de l’entreprise belge EAN International qui, depuis 1977, établit les standards en matière de systèmes de numérotation pour les produits de consommation, dont ceux utilisés par les codes-barres.

« L’objectif de Generation 2 est de fournir un standard unique pour les RFID, aujourd’hui couvertes principalement par trois standards techniques différents et incompatibles entre eux », explique à ZDNet Henri Barthel, directeur technique d’EPCglobal, basé en Belgique.

Rappelons que les RFID se présentent sous la forme de minuscules balises métalliques, qui réagissent aux ondes radio et renvoient ainsi des informations à distance. Elles se répartissent en trois catégories : la plus courante, et la moins chère à produire, utilise les hautes fréquences sur la bande des 1.356 MHz et offre un rayon d’action d’environ à 50 cm. Les deux autres variantes exploitent les très hautes fréquences (UHF) notamment la bande des 868 MHz, et proposent une portée de quelques mètres.

Une étiquette UHF passive

Les spécifications d’EPCglobal UHF Generation 2 sont basées sur les très hautes fréquences. En Europe, il s’agit de la bande 865,6 à 867,6 MHz. « Cela permet un rayon d’action de deux à quatre mètres et une lecture d’environ 600 puces par seconde », précise Henri Barthel. Il s’agit de puces passives, c’est-à-dire qu’elles ne font que renvoyer un signal émis par un lecteur ; elles sont incapables d’envoyer des infos d’elles-mêmes.

« Ce standard était l’élément indispensable pour produire des RFID en gros volume, à des prix réduits, ce qui était jusqu’alors le frein au développement de cette technologie », estime le responsable d’EPCglobal. Les premières puces Generation 2 seront disponibles à compter d’avril 2005 chez les principaux constructeurs comme Texas Instrument, Philips Semiconductors, EM Microelectronics ou Intermec.

Et pour favoriser son utilisation, EPCglobal a décidé de proposer ce standard sans taxes ("royalties free"). « Tous les constructeurs ont fait une donation de leurs brevets pour que notre standard soit libre de royalties, à l’exception de l’américain Intermec avec qui nous ne sommes pas arrivés à un accord », confie Henri Barthel. Intermec détient 125 brevets couvrant des techniques utilisées en RFID. Il faudra donc lui verser des royalties. « Cela devrait être de l’ordre de 5 à 10% du prix de la puce, ce qui ne bloquera pas l’avenir de notre standard », conclut Barthel.

(*) EPC signifiant Electronic Product Code


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :