dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > EADS remporte le marché saoudien de sécurité des frontières

EADS remporte le marché saoudien de sécurité des frontières

Les Echos, source AFP

mercredi 1er juillet 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Ce contrat marque une première brèche d’importance dans le monopole qu’exercent les Anglo-Saxons dans les fournitures de militaires et de défense de l’Arabie saoudite.

Alors que les tractations durent depuis 1996, EADS a finalement remporté le contrat de surveillance électronique des frontières de l’Arabie saoudite. L’information, dévoilée ce matin par le Point sur son site internet, a été confirmée dans la journée par le groupe européen de défense et d’aérospatiale. Le montant du marché n’a pas été précisé, mais il est estimé par les observateurs entre 1,6 milliard d’euros à 2,5 milliards d’euros.

Le contrat porte sur la sécurisation des 8.000 kilomètres de frontières saoudiennes. Il consiste en "l’installation le long des frontières saoudiennes de radars et de postes de commandement visant à prévenir toute attaque en provenance de la mer, du ciel ou de terre", a précisé une porte-parole du groupe à l’AFP. Il sera finalisé "dans les cinq ans", a-t-elle ajouté.

Ce contrat est "le plus important remporté en matière de sécurité" par le groupe européen, s’est félicité mercredi Stefan Zoller, PDG d’EADS Défense et sécurité, dans une interview au quotidien économique allemand Handelsblatt. "Jusqu’à 1.000 salariés d’EADS seront employés" pour ce marché, a-t-il ajouté, soulignant qu’il espérait "obtenir d’autres contrats (en Arabie saoudite ndrl), par exemple sur les réseaux de communications sécurisées".

En remportant la totalité du marché, EADS s’impose face au français Thales qui avait négocié ce contrat pendant douze ans. Thales n’était pas immédiatement joignable pour commenter ces informations. Selon des sources proches du dossier, Thales était soutenu par les Français et EADS par les Allemands. Un analyste du secteur estime toutefois, sous couvert d’anonymat, que "ce n’est pas tant les raisons politiques qui ont primé que la qualité de l’offre et le devis". Ce contrat a été également obtenu face au britannique British Aerospace ou à l’américain Raytheon qui avaient aussi répondu à l’appel d’offres lancé par Ryad en 2006. Il marque une première brèche d’importance dans le monopole qu’exercent les Anglo-Saxons dans les fournitures d’équipements militaires et de défense de l’Arabie saoudite.

Il s’agit d’"une belle percée dans l’électronique de défense sur un marché très emblématique", a estimé l’analyste. Il démontre "la volonté stratégique du groupe EADS de développer ses activités de défense et de réduire sa dépendance au marché de l’aéronautique civil", a-t-il ajouté. En janvier 2008, EADS avait annoncé la mise en place d’une nouvelle stratégie baptisée "vision 2020", décidant de consacrer d’ici à 2020 la moitié de ses activités à l’aviation civile, représentée par Airbus, et l’autre moitié à l’espace et à la défense, un secteur beaucoup moins cyclique et donc moins sensible aux aléas conjoncturels.

Le contrat signé mardi pour la surveillance électronique des frontières saoudiennes s’inscrit dans le projet, initialement baptisé MIKSA (Ministry Interior Kingdom Saudi Arabia), qui avait été évoqué à l’origine au début des années 1990 après la guerre du Golfe. Il était alors destiné à sécuriser la frontière du royaume saoudien avec l’Irak par des barrières et un système de surveillance électronique. Mais le ministère saoudien de l’Intérieur a ensuite élargi le projet pour qu’il couvre l’ensemble des frontières terrestres, maritimes et aériennes du pays. Il a alors été rebaptisé SBGDP (Saudi Border Guard Developpment Program).

En 2006, un appel d’offres international avait été lancé par l’Arabie saoudite. EADS, Thales, Raytheon, BAE Systems, l’italien Finmeccanica et un groupe espagnol y avait notamment répondu.

A la clôture de la Bourse, EADS a terminé sur un bond de 3,65% à 11,93 euros dans un marché en hausse de 2,43%.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :