lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Le Pentagone crée un cyber-commandement

Le Pentagone crée un cyber-commandement

Jean Guisnel, Le Point.fr

jeudi 2 juillet 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a formellement créé, la semaine dernière, un commandement du cyber-espace (Cyber Command) dépendant du Strategic Command (USSTRATCOM) , l’un des dix commandements unifiés du Pentagone. Il l’a confié au général Keith B. Alexander, le patron de la NSA (National Security Agency), le plus puissant des services américains d’espionnage, maître des écoutes sur toutes les voies de communication imaginables.

Le porte-parole du Pentagone Geoff Morrell a précisé qu’il s’agit "d’essayer de voir comment, dans ce ministère et au sein de l’armée des États-Unis, nous pouvons mieux coordonner notre défense au jour le jour, la protection et le fonctionnement des réseaux d’ordinateurs militaires". Le 4 juin, le général James E. Cartwright , chef d’état-major du Marine Corps, avait confié, lors d’une conférence au CISS : "Nous aurons une cyber-capacité au niveau tactique et nous la déploierons sur le terrain." Également porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman a expliqué que le Cyber Command aura pour fonction de lutter contre les hackers, les terroristes et les espions, de même que contre les gouvernements étrangers cherchant à pénétrer les réseaux militaires américains : "Nous savons que plus d’une centaine d’entre eux essaient de développer des cyber-capacités offensives."

En ce qui concerne la France, c’est d’autant moins difficile à deviner que Nicolas Sarkozy avait précisé en personne le 17 juin 2008 que la France se dotait de telles fonctionnalités offensives . Cette annonce avait été considérée comme peu opportune par les autorités militaires et les services de renseignement, jugeant que de telles capacités, secrètes par définition, n’ont pas à être annoncées et endossées publiquement, a fortiori par l’autorité politique. Ces fonctions secrètes ont été formalisées depuis cette date, et formellement attribuées à la DGSE (Direction générale de la surveillance extérieure). Pas pour attaquer les Américains, quand même ?


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :