mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Espionnage israélien au Liban : si confirmé, "violation sérieuse" selon (...)

Espionnage israélien au Liban : si confirmé, "violation sérieuse" selon l’ONU

AFP

mercredi 8 juillet 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Si l’existence de réseaux d’espionnage israéliens au Liban était avérée, cela représenterait une sérieuse violation de la souveraineté libanaise et des résolutions pertinentes de l’ONU, a affirmé un haut responsable onusien mercredi.

"Si ces allégations étaient confirmées en justice, cela constituerait une très sérieuse violation de la souveraineté du Liban et en conséquence une atteinte aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité", a déclaré à la presse Michael Williams, représentant spécial de l’ONU au Liban.

"En tant que représentant spécial du secrétaire général, je suis très conscient du grand malaise et de l’inquiétude que cela cause parmi les Libanais," a-t-il ajouté.

M. Williams s’exprimait après avoir rendu compte au Conseil de sécurité de la mise en oeuvre de la résolution 1701, qui avait mis fin en 2006 à la guerre entre Israël et la milice chiite Hezbollah dans le sud du Liban.

Le responsable onusien a cependant rejeté des allégations selon lesquelles la Force intérimaire de l’ONU au Liban (Finul) faciliterait le passage d’agents de renseignement israéliens du Liban vers Israël.

"La Finul a enquêté là-dessus très sérieusement," a dit M. Williams. "Les allégations selon lesquelles elle faciliterait le passage de personnes à travers la Ligne bleue sont, je pense, sans fondement."

Dans son dernier rapport sur la 1701, le chef de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est lui aussi dit préoccupé par les allégations du gouvernement libanais selon lesquelles "des cellules d’espionnage israéliennes opèrent au Liban et les forces de défense israéliennes ont aidé des espions présumés à traverser la Ligne bleue du Liban vers Israël."

Le secrétaire général a également noté que si ces allégations étaient prouvées, elles "pourraient mettre en danger la fragile cessation des hostilités existant entre Israël et le Liban."

Le mois dernier, le procureur militaire du Liban a prononcé 10 nouvelles inculpations d’espionnage au profit d’Israël, poursuivant un mouvement de répression des réseaux qui a mené à la mise en accusation d’un total de 68 personnes.

Dans le cas le plus récent, deux frères libanais devraient comparaître devant un tribunal militaire le 27 juillet. Ils sont accusés d’avoir collaboré avec le Mossad, le service de renseignements extérieurs israéliens, depuis 1983.

Le Liban est encore techniquement en guerre avec Israël et n’a pas de relations diplomatiques avec lui. Les agents présumés encourent la prison à vie assortie de travaux forcés. Si le juge estime que cette collaboration a provoqué la mort, il peut demander la peine capitale.

M. Williams a également déploré que "malgré les critiques repétées du secrétaire général, les survols par l’aviation israélinne (du Liban) se poursuivent quotidiennement."

Ces survols, qu’Israël affirme indispensables pour détecter les éventuels trafics d’armes du Hezbollah, constituent une violation de la résolution 1701.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :