samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Menaces jihadistes sur internet, le casse-tête des services de (...)

Menaces jihadistes sur internet, le casse-tête des services de renseignements

Michel Moutot, AFP

vendredi 17 juillet 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Parvenir à évaluer le sérieux et la gravité de menaces jihadistes diffusées sur internet, comme celles récemment proférées contre la Chine après les heurts au Xinjiang, est un casse-tête pour les services de sécurité, expliquent des experts.

Quand elles prennent la forme de communiqués dont les auteurs sont connus et plus ou moins authentifiables, c’est une chose, mais quand elles sont basées sur des contributions anonymes postées sur des forums islamistes, il est difficile d’en apprécier la substance et le danger qu’elles représentent, ajoutent-ils.

Pour Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE, "internet se prête à toutes les manipulations".

"Sur les forums, vous pouvez avoir Mouloud et son cousin dans un café internet quelque part, qui jouent à effrayer le monde. Vous pouvez aussi trouver une manip visant à déstabiliser les Chinois", ajoute-t-il.

"D’un autre côté, cela fait aussi le jeu de Pékin qui a tout intérêt à dire : ’Al Qaida nous menace’. S’ils parviennent à persuader le monde qu’il y a une connexion entre les Ouighours et Al Qaïda, ce dont je doute fort, plus personne n’a le droit d’aider les Ouighours".

Les menaces contre les Chinois en Afrique du Nord ont d’abord été relevées le 13 juillet par un rapport d’un cabinet londonien spécialisé, "Styrling Assynt", qui cite "une activité accrue sur le net parmi les jihadistes actifs".

Or, selon un vétéran d’un service secret occidental, qui demande à rester anonyme, "il faut se méfier extraordinairement des forums".

"Des forums, il faut savoir que les services en ont créé au moins 28.000. Tous les services : CIA, DGSE, MI6 (britanniques), les Saoudiens. Le but était de faire venir des gens dessus et de les identifier. Du coup, vous pouvez plus savoir qui est derrière, et pourquoi, et comment", dit-il.

"Donc, on s’intéresse de moins en moins aux infos qui viennent de ce genre de forums, car c’est inexploitable et on préfère se concentrer sur des personnes".

Tous les services de renseignement des pays susceptibles d’être visés par l’islamisme radical ont constitué des cellules de veille et de surveillance d’internet mais, malgré des années d’expérience et la constitution d’immenses bases de données, de nouveaux pseudonymes, de nouveaux groupes et de nouveaux forums apparaissent sans cesse.

De plus, ce n’est pas parce les menaces émanent, via internet, de la base de la communauté islamiste radicale qu’il faut forcément les ignorer, ajoute Anne Giudicelli, spécialisée au sein de son cabinet "Terrorisc" dans la surveillance des sites islamistes.

"Ce qui se passe souvent, c’est que cela commence par des appels lancés, sur les forums, au groupe qui a les moyens d’action pour lui demander de faire quelque chose", dit-elle.

Dans ce cas, ces sollicitations sont allées aux Algériens d’Al Qaïda au Mahgreb islamique (AQMI) pour qu’ils s’en prennent aux milliers de travailleurs chinois présents en Algérie, afin de venger les Ouighours.

"Souvent, dans cette nébuleuse, les choses partent de la base et sont ensuite reprises par des figures qui valident et consacrent cette question comme une question intéressant l’ensemble de l’organisation", ajoute Anne Giudicelli.

Ainsi, les services de renseignement "appliquent le principe de précaution et préfèrent être trop prudents et surestimer une menace plutôt que d’être pris au dépourvu par une frappe dont ils auraient ignoré les signes avant-coureurs", assure-t-elle.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :