mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > La Birmanie soupçonnée de vouloir développer un programme nucléaire grâce à (...)

La Birmanie soupçonnée de vouloir développer un programme nucléaire grâce à la Corée du Nord

AP

mercredi 22 juillet 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Les aspirations nucléaires de la Birmanie inquiètent de plus en plus la communauté internationale : le voyage interrompu d’un cargo nord-coréen, des photographies montrant la construction de vastes tunnels et une visite secrète de la junte à Pyongyang ont récemment attiré l’attention sur le pays.

Le problème devrait être évoqué, au moins en coulisses, cette semaine à l’occasion du Forum régional de l’ASEAN (Association des pays de l’Asie du Sud-Est) organisé en Thaïlande. La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, doit notamment y assister, ainsi que des représentants nord-coréens et birmans.

"On soupçonne quelque chose de se tramer, et de plus en plus que la coopération avec la Corée du Nord pourrait avoir un sous-entendu nucléaire. Nous observons ça très attentivement", a souligné David Albright, président de l’Institut pour la science et la sécurité internationale, un groupe de réflexion basé à Washington.

Mardi à Bangkok, Mme Clinton n’a pas fait explicitement référence à la question nucléaire, mais elle a mis en avant celle de la relation militaire entre les deux dictatures : "nous savons qu’il y a aussi des inquiétudes grandissantes quant à la coopération militaire entre la Corée du Nord et la Birmanie, que nous prenons très au sérieux".

Par la suite, un haut responsable du gouvernement américain a précisé que ces inquiétudes portaient sur l’éventualité que Pyongyang aide la Birmanie sur un programme d’armement nucléaire, tout en ajoutant que les services de renseignement américains ne disposaient pas encore d’informations complètes sur le sujet.

L’attention internationale a crû récemment, lorsqu’un cargo nord-coréen, le "Kang Nam I", a été envoyé secrètement vers la Birmanie. Repéré par l’US Navy, il a fait demi-tour et est rentré à son port d’attache au début du mois.

Sa cargaison reste indéterminée, même si les Etats-Unis et la Corée du Sud pensent qu’il transportait de l’artillerie et d’autres armes non nucléaires. Un expert des services de renseignements sud-coréens, citant des images satellite, affirme que la mission du navire semblait liée à un programme nucléaire birman, et qu’il convoyait aussi des missiles de type Scud. Selon cette source, parlant sous couvert d’anonymat, la Corée du Nord aide la Birmanie à se procurer de l’uranium et des équipements liés à l’activité nucléaire.

En outre, selon une information relayée récemment par Radio Free Asia, basée à Washington, de hauts responsables militaires birmans se sont rendus secrètement en Corée du Nord à la fin de l’année dernière, et ont conclu un accord permettant d’approfondir la coopération entre les deux pays pour moderniser l’armée birmane, y compris par la construction d’installations souterraines. L’existence de ce pacte militaire n’a jamais été confirmée.

En juin, des photographies et des vidéos ont été diffusées, montrant près de 800 tunnels, dont certains très larges, construits en Birmanie avec l’aide de Pyongyang dans le cadre d’une opération baptisée "Carapaces de Tortue". Ces images sont décrites comme ayant été prises entre 2003 et 2006.

Le journaliste Bertil Lintner, basé en Thaïlande, qui est le premier à s’être procuré ces photos, est convaincu de leur authenticité. Mais la fonction de ces tunnels reste inconnue. "Il n’y a aucun doute sur le fait que les généraux birmans aimeraient avoir une bombe, pour pouvoir défier les Américains et le reste du monde", a affirmé cet auteur de plusieurs livres sur la Birmanie et la Corée du Nord. "Mais ils doivent être à des décennies d’acquérir quoi que ce soit qui ressemble, même vaguement, à la bombe nucléaire".

Le régime birman est resté silencieux sur ses projets en matière nucléaire. Interrogé par courriel, le porte-parole du gouvernement n’a pas répondu.

Dans un rare commentaire provenant directement de Birmanie, Chan Tun, ancien ambassadeur en Corée du Nord devenu militant pro-démocratie, a déclaré au magazine "Irrawaddy", basé en Thaïlande : "Pour être clair : la Birmanie veut se procurer la technologie pour développer une bombe nucléaire. Cependant, je dois dire que c’est puéril de la part des généraux de rêver d’acquérir la technologie nucléaire, alors qu’ils n’arrivent même pas à procurer de l’électricité en permanence à la Birmanie...", a-t-il estimé.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :