mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Thales : chute des profits au premier semestre

Thales : chute des profits au premier semestre

La Tribune.fr

lundi 27 juillet 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le spécialiste de l’électronique de défense n’a dégagé qu’un léger bénéfice net de 12 millions d’euros sur les six premiers mois de l’année. Le résultat opérationnel chute également de 82%. Et le groupe revoit à la baisse ses prévisions pour 2009.

Thales annonce ce lundi une forte baisse de ses profits au premier semestre. Le spécialiste de l’électronique de défense n’a dégagé qu’un léger bénéfice sur la période, avec un résultat net tombé à 12 millions d’euros contre 289 millions d’euros un an plus tôt.

Le résultat opérationnel courant ressort après restructurations à 68 millions d’euros, soit une chute de 82% sur un an et alors que le marché tablait sur plus de 300 millions d’euros. Les revenus atteignent 5,74 milliards d’euros en hausse organique de 2%. Ce qui représente une marge de 1,2% contre 6,6% un an plus tôt. Les prises de commandes sont, elles, en baisse de 2% à 5,86 milliards d’euros.

Deux divisions sur trois de Thales sont dans le rouge au premier semestre. La division aéronautique/défense accuse ainsi une perte de 133 millions d’euros en raison d’une dégradation de la conjoncture du secteur aéronautique mais également d’une nouvelle charge de 102 millions d’euros pour faire face aux coûts de développement plus importants que prévu du système de gestion de vol de l’avion de transport militaire européen A400M. Le groupe a également passé une charge de restructuration de 19 millions (contre six millions annoncé auparavant).

L’activité Sécurité accuse une perte de 23 millions (contre un bénéfice de 51 millions un an plus tôt), en raison notamment de problèmes dans la billetique. Seule la division défense tire son épingle du jeu avec un bénéfice de 241 millions (contre 240 millions).

Du côté des perspectives, Thales revoit à la baisse ses prévisions annuelles. Il table en 2009 sur un maintien d’une croissance organique de ses revenus alors qu’il affichait jusqu’à présent un objectif de croissance chiffrée de 3% à 5%. Le groupe s’attend également, hors impact des charges de restructurations, à renouer au second semestre avec un taux opérationnel courant dans la ligne des performances enregistrées sur les périodes correspondantes des années récentes. Il prévoyait jusqu’ici un résultat opérationnel courant (après restructuration) équivalent ou supérieur à celui de 2008.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :