dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Internet > Le cybercrime génèrerait plus d’argent que la drogue

Le cybercrime génèrerait plus d’argent que la drogue

Reuters

mardi 29 novembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

es actes délictueux perpétrés via internet ont généré plus de profit que le trafic de drogue en 2004 et devraient continuer dans ce sens au fur et à mesure que l’usage des technologies se développera dans les pays en voie de développement, a déclaré un expert lundi.

Aucun pays n’est à l’abri des cybercriminels, qui pratiquent l’espionnage industriel, la pornographie infantile, les manipulations de cours en bourse, l’extorsion et la piraterie, a expliqué Valerie McNiven, conseiller en cybercrime au Département américain du Trésor.

"L’année dernière fut la première année au cours de laquelle les recettes du cybercrime ont été plus importante que les recettes tirées de la vente de drogue, et elles dépassaient, me semble-t-il, les 105 milliards de dollars", a déclaré McNiven à Reuters. "Le cybercrime progresse si vite que les législations ne peuvent pas s’adapter."

Par exemple, les sites web utilisés par les escrocs pour le "phishing", pratique qui consiste à pousser un internaute à révéler ses coordonnées bancaires personnelles ou d’autres données personnelles, n’existent pas plus de 48 heures sur internet, a-t-elle expliqué.

Quand à d’éventuelles preuves de liens entre le financement du terrorisme et le cybercrime, McNiven, ancienne spécialiste de la finance et de la sécurité en ligne pour la Banque mondiale, estime qu’il y a "des preuves de liens entre les deux. Mais le plus grave est notre refus ou notre incapacité à créer des systèmes sécurisés, que nous pouvons mettre en place mais c’est une question de coûts."

Les pays en développement qui n’ont pas en main les systèmes virtuels financiers disponibles ailleurs sont des proies faciles pour les auteurs de délits en ligne, qui sont souvent de jeunes gens à la recherche de gains rapides.

"Quand vous êtes face à des vols d’identité, de la corruption ou de la manipulation d’information (dans les pays en développement), les choses deviennent plus graves parce que (...) leurs systèmes deviennent compromis dès le départ", a-t-elle dit, en marge d’une conférence sur la sécurité des informations dans le secteur bancaire, à Riyad.

"Un autre domaine qui commence à prendre de l’importance est le trafic de personnes et la pornographie parce que chacun des deux se développent plus librement dès qu’ils disposent d’une facilité de communication", a ajouté McNiven.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :