vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Christian Carion filme l’affaire Farewell

Christian Carion filme l’affaire Farewell

Viviane Nortier, Ladepeche.fr

samedi 8 août 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le film ne sort que le 23 septembre : c’est donc très en avance que le réalisateur Christian Carion est venu présenter jeudi soir à Toulouse « L’affaire Farewell », inspiré d’une histoire vraie, « la plus belle de l’espionnage français », dit-il, celle d’un ingénieur chez Thomson, travaillant à Moscou qui a reçu, au début des années 80, de la main d’un colonel du KGB désireux de faire bouger son pays, des documents majeurs sur l’espionnage soviétique.

Troisième film de Christian Carion, « L’affaire Farewell » (avec Guillaume Canet et Emir Kusturica) a une filiation avec ses films précédents, comme il l’explique : « Une hirondelle ne fait pas le printemps est l’histoire d’une femme qui veut changer de vie… Joyeux Noël celle d’un homme qui vient chanter sur la ligne des tranchées… ici, c’est un homme qui veut changer la vie, le monde… Quand on m’a proposé le scénario, c’était tout en anglais avec Jean Reno et Ben Kingsley. Bien que l’affaire soit mal connue j’en avais entendu parler par Verbatim le livre de Jacques Attali. J’ai repris le scénario, gardé les langues de chacun sous-titrées… Le succès de Joyeux Noël m’a permis de monter le film assez facilement. On s’est régalés avec les reconstitutions, on a refait le bureau ovale à l’échelle 1, tourné à l’Elysée avec le bureau de Mitterrand, mais pour Moscou, on est allés en Ukraine : pour les Russes l’affaire Farewell est encore quelque chose de très sensible. »


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :