lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > L’espionnage économique menace les PMe

L’espionnage économique menace les PMe

Christophe Cornevin, le Figaro

mercredi 30 novembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Les services de renseignements de la police nationale ont mis à jour des pratiques de déstabilisation ou de prises de contrôle d’entreprises travaillant dans des secteurs sensibles.

CHEFS d’entreprise, délégués syndicaux, milieux financiers : depuis l’entrée en vigueur d’une circulaire du 29 avril dernier portant sur l’intelligence économique, la Direction centrale des renseignements généraux (DCRG) a mis en alerte ses « antennes » sur l’ensemble du territoire. A l’instar de la Direction de la surveillance du territoire (DST, contre-espionnage) chargée de détecter toute menace visant de grosses entreprises considérées comme sensibles et pouvant porter atteinte à la sûreté de l’État, les « grandes oreilles » des RG, grâce à leur maillage régional, se penchent au chevet des petites et moyennes entreprises innovantes, susceptibles de faire l’objet d’actions hostiles. « Une centaine de fonctionnaires ont déjà été formés pour vérifier systématiquement, lorsqu’une entreprise de pointe est en difficulté, si elle a fait l’objet d’une attaque d’un concurrent », explique un haut fonctionnaire.

Au terme de sept mois d’investigations, la sous-direction de l’analyse et de la prospective des RG a dressé, en octobre, un bilan confidentiel. Au total, 934 entreprises sensibles ont été suivies dans le cadre d’éventuelles « débauches de cadres détenant un savoir-faire », de « piratages ou de vols d’ordinateurs », « d’actions de lobbying offensif », de « rumeurs d’appartenance sectaire pour exclure un concurrent d’un appel d’offre » ou encore « d’infiltrations par le biais de stagiaires étrangers ».

Le premier tri effectué par les services de renseignements révèle que 158 PME/PMI présentent des « signes de vulnérabilité » et que 87 d’entre elles font l’objet « d’actions hostiles signalées ». La métallurgie, l’agroalimentaire, l’informatique, la chimie-plasturgie et le nucléaire figurent en tête du palmarès des secteurs les plus touchés.

Cannibalisme du savoir-faire

Dans ce phénomène de cannibalisme croissant du savoir- faire français, les RG épinglent la « pénétration chinoise » dans les entreprises nationales. « Ainsi, deux entreprises calaisiennes de dentelle ont été visées, assurent-ils. L’une, par le débauchage de deux de ses cadres, des créateurs attirés par des salaires nettement supérieurs à ceux proposés par leur employeur qui travaillent désormais à leur domicile sur Internet, respectivement pour une grande entreprise chinoise et pour un groupe thaïlandais. » L’autre société, après l’injection de 15 millions d’euros en juin dernier par son nouvel actionnaire, le numéro deux chinois du textile Bogart Lingerie Ltd (basé à Hongkong), aurait vite déchanté : un tiers de ses effectifs a été supprimé, le président a été licencié et seul le département recherche et création a été conservé à Calais.

Dans le même esprit, les RG évoquent une société girondine spécialisée dans la fabrication de pièces en aluminium ayant fait « l’objet de plusieurs tentatives de déstabilisation par l’un de ses anciens dirigeants ». En cherchant notamment à obtenir auprès de ses anciens collaborateurs des « renseignements confidentiels concernant des contrats et des conditions tarifaires » ainsi qu’en « détournant une partie de son personnel au profit de sa propre société chinoise », le cadre indélicat a fragilisé son entreprise d’origine. Désormais, celle-ci prêterait le flanc à une OPA.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

4 Messages de forum

  • L’espionnage économique menace les PMe 1er décembre 2005 09:17, par Francis Beau

    A propos de ce bilan des RG sur les menaces d’actions hostiles contre nos entreprises.

    Comme beaucoup d’autres interventions similaires de l’Etat dans la sphère économique provoquées par l’officialisation récente (rapport Carayon) de la doctrine de la "guerre économique" et de ses sous-produits (espionnage économique, patriotisme économique), l’investigation menée pendant sept mois par les RG me laisse perplexe :

    J’aimerais qu’on m’explique !

    En quoi la dentelle calaisienne peut-elle être considérée comme une activité "sensible" et le "débauchage" de deux de ses cadres comme une "atteinte à la sûreté de l’État" ?

    Il est tout à fait normal que les RG ou la DST nous protègent contre les tentatives de "piratages ou de vols d’ordinateurs", ou encore contre la propagation de "rumeurs d’appartenance sectaire pour exclure un concurrent d’un appel d’offre". Que ces "agressions" soient le fait d’acteurs français ou étrangers, privés ou publics, la police est bien là dans son rôle de lutte contre des activités illégales. En revanche, l’utilité d’une investigation policière pour lutter contre le débauchage de cadres ou le lobbying me paraît plus discutable, et le fait que les cadres en question "détiennent un savoir-faire" ou que le lobbying soit "offensif" n’y change rien !

    Où est l’illégalité dans tout cela ?
    Est-ce le fait, pour un cadre, de quitter une entreprise pour être embauché par une autre ? Ou bien est-ce le fait, pour une entreprise ou plus particulièrement pour une entreprise étrangère (mais qu’est-ce qu’une entreprise étrangère ?), d’embaucher un cadre provenant d’une autre entreprise en lui proposant un salaire plus élevé ? Ou encore est-ce le fait de détenir un savoir-faire ? Question subsidiaire : L’entreprise est-elle propriétaire du savoir-faire de ses cadres ?

    Que signifie l’utilisaton de l’adjectif "offensif" pour qualifier le lobbying ?
    Est-ce par opposition à un lobbying qui serait "défensif", c’est-à-dire uniquement réactif au lieu d’être "actif" ?
    Ou bien est-ce pour caractériser sa dérive vers des pratiques illégales (désinformation, diffamation,...), auquel cas pourquoi ne pas le dire clairement en parlant "d’actions de lobbying illégales" (encore les dégâts de la métaphore guerrière employée à tort et à travers) ?

    Est-il raisonnable de qualifier ces pratiques d’actions hostiles et de dériver en les englobant dans ce fourre-tout obsessionnel qu’est devenu l’espionnage économique (si on veut lutter efficacement contre l’espionnage économique réel, il ne faut pas y mettre n’importe quoi) ?
    Ne serait-il pas plus judicieux, pour les deux exemples cités plus haut, de parler tout simplement de concurrence, notion qui doit bien représenter la règle dans un Etat de Droit, et qui présente l’énorme avantage de permettre d’y voir plus clair en précisant à chaque fois son caractère loyal ou déloyal (ou illégal) ?

    Bien sûr, ces pratiques représentent une menace indiscutable pour l’entreprise, mais n’est-ce pas tout simplement la concurrence qui constitue une menace permanente ?
    L’entreprise évolue dans un univers concurrentiel et donc menaçant. Cela, les chefs d’entreprise le savent bien : ils le vivent tous les jours et ne s’en sortent globalement pas si mal que cela.

    Lorsque la concurrence est déloyale, l’Etat se doit d’intervenir (en légiférant par exemple pour la rendre illégale et permettre ainsi l’action policière et judiciaire), mais ne peut intervenir que dans son domaine d’action (politique ou diplomatique). Lorsqu’elle est loyale, l’Etat et sa police ne peuvent et ne doivent en aucun cas à s’immiscer dans un jeu qui n’est que le jeu normal de la concurrence.

    • L’espionnage économique menace les PMe 21 décembre 2005 18:35, par Madisson

      Je ne partage absolument pas votre opinion. Nous sommes en France notoirement en retard dans le domaine de la veille strategique, alors que le Japon a mis en place depuis presque un demi-siecle une structure centralisee de veille a l’echelle nationale pour soutenir la croissance de ses entreprises. C’est d’ailleurs en partie grace a cette "culture" de l’intelligence economique que le "miracle" economique japonais a pu etre possible.

      Je ne peux que me rejouir de voir les RG mettre leur expertise au service de PME francaises qui n’ont pas toujours les moyens de se defendre contre des actes de guerre economique de competiteurs etrangers.

      Il est temps que nous comprenions en France que notre savoir faire et experience dans le domaine industriel est notre premier atout et que nous devons le proteger a tout prix. Il est important egalement que nous mettions en place au sein de nos entreprise des departements de veille strategique et des systemes de knowledge management de maniere a diffuser les informations strategiques au bonne personnes et au bon moment.

      Pour repondre a l’une de vos remarques, les entreprises de dentelle calaisiennes ne sont certes pas "sensibles" d’un point de vue militaire. Mais leur survie sur le marche mondial depend de la preservation de leur savoir faire et de leurs competences cles. La debauche de 2 cadres de cette entreprise par un concurrent - une manoeuvre legale - porte vraisemblablement atteinte a la perenite de l’entreprise dans le futur, et met en danger les emplois crees par cette entreprise. Proteger le savoir faire francais, et par la meme les emplois francais, voila ce qui est pour moi "sensible".

      Comme vous je considere que les actes d’intelligences economique - ou "guerre economique" - ne sont que l’expression du jeu normal de la concurrence pourvu qu’ils restent dans un cadre legal (c’est d’ailleurs ce qui separe l’intelligence economique de l’espionnage industriel.) Je ne considere pas cependant que l’etat francais outreprasse sont role en alertant les PME dans lesquels les RG ont detecte des failles de securite.

      \\Lorsqu’elle est loyale, l’Etat et sa police ne peuvent et ne doivent en aucun cas à s’immiscer dans un jeu qui n’est que le jeu normal de la concurrence.\\

      On cherche a aider les PME francaises. En quoi cela vous pose-t’il probleme ? S’il existait une structure centralisee d’intelligence economique en France (comme c’est le cas en Allemagne ou au Japon) la DST n’aura pas a intervenir. Mais quand les interets nationaux sont menaces, je considere que c’est le role de l’etat francais intervenir, et je trouve absolument injustifees vos critiques a l’egard de cette initiative.

      Cordialement,

      Madisson

    • L’espionnage économique menace les PMe 21 décembre 2005 20:14, par Madisson

      Lu sur www.knowckers.org

      //Contrairement aux services britanniques, la DGSE n’a toujours pas de site Internet (juste une page vide sur le site defense.gouv.fr - http://www.defense.gouv.fr/sites/dgse/) et de plus est incapable de revendiquer officiellement la défense des intérêts économiques français. Comment expliquer une telle frilosité ? Certainement pas par l’excellence professionnelle. Le service secret britannique est le SR le plus qualifié en Europe et sert d’exemple à tous les autres. Comment qualifier cette exception française au plus mauvais sens du terme ? A force de fuir la modernité en matière de communication extérieure et de ne pas intégrer une vision globale de la stratégie de puissance, la direction de la DGSE ne semble guère être concernée par le « patriotisme économique » proné par le Premier Ministre. Y-at-il en France un service de renseignement chargé du renseignement économique offensif ? Si ce n’est pas le cas, il faut le créer.//

      http://www.knowckers.org/content/vi...

      Une vision du role de la DGSE que je partage.

      Madisson

      • L’espionnage économique menace les PMe 29 janvier 2006 05:28, par Tozko

        D’accord de prime abord.
        Sur le territoire, la lutte contre la cyber criminalité, les sensibilisations sont la chasse gardée de la DST. En dehors de séances très ciblées à un public particulier (diplomates, chefs d’entreprises, ...) on ne voit jamais de membres de la DGSE faire de conférences sur cette problématique. Excès de discrétions, pré carré DST jalousement défendu ? Le résultat est là. Pourtant bien souvent la cyber criminalité démarre de l’étranger, donc de la compétence de la DGSE.
        Mais en matière de communication, cette grande direction n’a jamais été au top. Mal vue des milieux de pensée corrects, elle s’enferme dans un silence hautain qui ne fait qu’alimenter au mieux les fantasmes, au pire le dénigrement, au lieu de communiquer donc de convaincre.
        Vaste débat.