mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Défense. La positive attitude du ministre Morin

Défense. La positive attitude du ministre Morin

Stéphane Jézéquel, Letelegramme.com

jeudi 20 août 2009, sélectionné par Spyworld

logo

C’est un Hervé Morin résolument optimiste qui s’est déplacé aujourd’hui, à l’École navale (Lanvéoc) et à la préfecture maritime (Brest). Sur fond d’inquiétudes générées par la restructuration des armées.

Un ministre de la Défense aussi optimiste qu’incisif : "Quelles inquiétudes ? Vous, les journalistes, vous voyez de l’inquiétude partout ! Rassurez-vous, la place de Brest est assurée. Il n’y a pas plus de souci ici qu’ailleurs", sous-entendu, allez voir du côté des bases militaires qui disparaissent corps et bien avec leurs villes sinistrées, à l’autre bout de la France !

Suppression de personnels : "aucune conséquence"

Et la suppression des 54.000 personnels de la Défense, dont les 4.800 marins militaires, à l’horizon 2015 ? "Aucune incidence sur les missions de la Marine qui continueront d’être normalement assurées", répond le ministre. Les économies réalisées dans l’organisation, l’administration et le soutien des troupes serviront à améliorer les moyens des composantes armées.

"DCNS en pivot de l’industrie navale"

Et le festival soufflant comme une tonique brise de suroît continue sur le thème de l’industrie navale… "Je veux faire de DCNS le pivot de l’industrie navale européenne. Pas question de brader cette entreprise garante des technologies et de savoir-faire uniques en Europe". Troisième BPC construit à Saint-Nazaire, deuxième porte-avions abandonné à Brest, entretien des sous-marins d’attaque maintenu à Toulon…

Se calquer "sur l’organisation britannique"

Que reste-t-il à la pointe bretonne ? Comment préserver des savoir-faire qui, à mesure des années de disette, s’évaporent doucement ? "Et les onze frégates multimissions (construites à Lorient), qu’en faites-vous ?". "Vous connaissez beaucoup de pays supportant un tel niveau d’endettement (1.300 milliards), capables d’inscrire à leur nouvelle loi de programmation militaire 186 milliards d’euros pour leur Défense jusqu’en 2014. La France et l’Angleterre sont les deux seuls pays européens qui font ça !".

Concernant les restructurations engagées, "notre objectif est de nous calquer sur l’organisation britannique, 60 % de militaires, pour 40 % de civils" (l’inverse de la structure militaire française actuelle).

Comité d’accueil

Et la dissuasion nucléaire, souvent suspectée de plomber les budgets ? Peu d’élément de réponse de la part d’un ministre préférant surfer loin de la mine déconfite de la soixantaine de représentants des métiers de la Défense venus l’accueillir, sous leurs banderoles, hier soir, à l’entrée de la préfecture maritime. Avec leurs inquiétudes.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :