dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Islamabad doute que les Taliban aient réellement désigné un nouveau (...)

Islamabad doute que les Taliban aient réellement désigné un nouveau chef

Reuters

dimanche 23 août 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Les Taliban pakistanais ont fait savoir, samedi, qu’ils avaient désigné leur nouveau chef : Hakimullah Mehsud. Le renseignement pakistanais dénonce "une manœuvre" destinée à préserver la cohésion de la milice islamiste.

Les taliban pakistanais ont désigné le successeur de leur chef de file Baitullah Mehsud, vraisemblablement tué au début du mois, mais les services de renseignement, dubitatifs, évoquent une manoeuvre destinée à assurer la cohésion d’un mouvement privé de leader depuis trois semaines.

Les miliciens islamistes ont convoqué la presse samedi, dans le nord-ouest du pays, pour annoncer la nomination à leur tête d’Hakimullah Mehsud, un jeune cadre militaire dont les hommes combattent dans les zones tribales d’Orakzai, de Khyber et de Kurram.

Fariq Muhammad, dirigeant du mouvement dans la région de Bajaur, qui a annoncé récemment prendre les rênes du mouvement à titre provisoire, a confirmé cette nomination, annonce la BBC. Selon des dignitaires tribaux interrogés par Reuters, on l’aurait dissuadé de se maintenir à la tête de la milice.

"Il y a confusion. Il y a deux jours, Fariq Mohammad a revendiqué le titre de chef par intérim et il dit maintenant que c’est Hakimullah. Il s’agit d’une manoeuvre", a affirmé un responsable des services de renseignement pakistanais dans le Nord-Ouest.

Propagande et désinformation

Ajoutant à cette confusion, Islamabad assure qu’Hakimullah a été tué ou grièvement blessé dans une fusillade avec un rival, quelques jours après la mort de Mehsud, qui aurait été tué le 5 août par un drone américain.

"L’annonce est réelle, mais l’homme ne l’est pas", a ironisé l’agent des services de renseignement déjà cité. Selon l’un de ses collègues, les taliban chercheraient à gagner du temps en attendant le retour d’un frère d’Hakimullah engagé dans la guérilla afghane.

Vérifier une information, quelle qu’elle soit, relève de la gageure dans les zones tribales, où les taliban et les autorités ont multiplié annonces et démentis, ces derniers jours.

Les islamistes, qui continuent à nier la mort de leur chef, assurant qu’il n’est que malade, accusent les services de renseignement de répandre de fausses informations pour diviser le mouvement.

Les autorités assurent, quant à elles, que les taliban sont aux abois et qu’ils cherchent seulement à sauver la face pour préserver leur cohésion.

Baitullah Mehsud est parvenu à rassembler fin 2007 13 milices du nord-ouest du Pakistan sous la bannière du Tehrik-e-Taliban et Islamabad espère que sa disparition va sceller la fin de cette alliance.

Le ministre pakistanais de l’Intérieur, Rehman Malik, a par ailleurs fait état dimanche, sur les ondes du service en ourdou de la BBC, d’informations selon lesquelles le beau-père de Baitullah Mehsud et l’un de ses neveux auraient été exécutés par les miliciens, qui les soupçonnent d’avoir livré des informations à son sujet aux autorités.

Deux autres proches de Mehsud également soupçonnés auraient été arrêtés par les taliban, mais on ignore tout de leur sort.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :