lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > « Un film d’espionnage, c’est de la manipulation (...)

« Un film d’espionnage, c’est de la manipulation »

DNA.fr

mercredi 26 août 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Christian Carion était de passage au Mega CGR de Colmar, hier soir, pour une avant-première dans le cadre de l’opération Ciné-Cool, afin de présenter son nouveau long-métrage, l’Affaire Farewell (*), qui réunit Guillaume Canet et Emir Kusturica sur fond de Guerre Froide.

« Une des plus grandes affaires d’espionnage du XX© siècle ». Cette phrase de Ronald Reagan qui orne l’affiche de l’Affaire Farewell convient bien au dernier long-métrage de Christian Carion. Le film, adapté du roman homonyme de Sergueï Kostine lui-même inspiré de faits réels, nous plonge au temps de la Guerre Froide dans les années 80. Le thriller, mêlant astucieusement espionnage et géopolitique, évoque des événements qui ont précipité la chute du mur de Berlin.

Le troisième film de Christian Carion est aussi l’occasion de voir à l’écran une paire inédite mais néanmoins efficace avec Guillaume Canet, dans le rôle du jeune ingénieur français Pierre Froment, et Emir Kusturica, alias Sergueï Grigoriev, colonel du KGB. Des acteurs qui l’ont comblé dans son approche psychologique du film d’espionnage Il s’explique.

(*) Le film sortira le 23 septembre prochain

Christian Carion explique les dessous de la réalisation de son film

Christian Carion résume l’Affaire Farewell


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :