mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > La Russie en passe de devenir un importateur d’armements (...)

La Russie en passe de devenir un importateur d’armements (Izvestia/Vedomosti)

RIA Novosti

vendredi 28 août 2009, sélectionné par Spyworld

logo

L’intérêt manifesté par les amiraux et les généraux russes pour le matériel et les armements étrangers ne cesse de grandir. Les experts estiment que le ministère de la Défense ne regarde pas à la dépense dans le seul but de montrer que le processus de modernisation des forces armées russes se poursuit, lit-on vendredi dans les quotidiens Izvestia et Vedomosti.

L’armée a déjà acheté des fusils à lunette allemands et autrichiens pour les unités d’élite. Les chars russes sont dotés de détecteurs thermiques produits par la société française Thales. Le ciel de la Russie devrait être protégé par des drones israéliens employés par les Géorgiens pendant la guerre d’août 2008.

Le chef d’Etat-Major des forces armées russes Nikolaï Makarov a confirmé que la Russie achèterait à la France un navire de débarquement universel porte-hélicoptères de type Mistral. Cette déclaration a mis un point final aux débats visant à savoir si la Russie dépendrait des autres Etats dans le domaine des technologies militaires.

"L’achat du Mistral témoigne que la Russie, de même que la Chine, essaie tout simplement de profiter des technologies ultramodernes qui existent déjà dans le monde, estime le chef du Centre d’analyse des stratégies et des technologies Rouslan Poukhov. L’achat de ce navire sera suivi d’un contrat de construction de trois autres navires de ce genre aux chantiers navals russes. Il n’y pas de quoi rougir : les Etats-Unis, par exemple, ont acheté à la France la technologie de bombes antibéton. Une seule question se pose : pourquoi n’y a-t-il pas eu d’appel d’offres ? En effet, de tels navires peuvent être également construits en Espagne et aux Pays-Bas. L’achat de navires de type Mistral ferme, en fait, tous les autres programmes de construction de navires pour la Marine de guerre russe", estime Rouslan Poukhov.

Reste à espérer que le ministère des Finances empêchera l’achat de navires chers et inutiles. La flotte a des besoins bien plus urgents qui, à plus forte raison, peuvent être satisfaits par l’industrie russe, par exemple, la construction de nouveaux bâtiments de surface de classes corvette et frégate. Et si l’amitié avec la France est si importante du point de vue politique et exige des sacrifices financiers, ne serait-il mieux (comme le fait la Chine dans ces cas) d’acheter des avions civils ? Par exemple, l’A380 qui n’a pas d’analogues en Russie. Il est aussi grand, beau et politiquement prestigieux que le porte-hélicoptères, mais il serait au moins utile pour l’économie et rapporterait des bénéfices.

Ce texte tiré de la presse russe n’engage pas la responsabilité de RIA Novosti.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :