mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’Arctic Sea transportait-il des missiles pour l’Iran (...)

L’Arctic Sea transportait-il des missiles pour l’Iran ?

Le Figaro

dimanche 6 septembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Capturé par des pirates le 24 juillet dans les eaux suédoises, le cargo convoyait, outre sa cargaison officielle de bois, des missiles sol-air S-300 expédiés par un groupe mafieux russe, selon la presse autrichienne et anglaise.

Le détournement mystérieux le 24 juillet du cargo russe l’Arctic Sea est-il lié à un trafic d’armes illicites vers l’Iran ? Alors que la version officielle russe un simple acte de piraterie peine à convaincre, une version officieuse se fait jour. Selon la presse autrichienne et anglaise, qui cite communément des sources des services secrets russes et israéliens, le cargo ne transportait pas seulement du bois, mais aussi des missiles sol-air S-300 destinés à l’Iran.

A en croire le quotidien autrichien le Salzburger Nachrichten, l’Iran aurait pris contact avec un groupe mafieux formé de militaires russes désireux d’arrondir leurs fins de mois. Ces derniers auraient chargé les missiles, parmi les plus modernes sur le marché, alors que l’Arctic Sea était immobilisé pour réparation dans le port de Kaliningrad. Mais ce contrat avec l’Iran serait très vite venu aux oreilles des services secrets israéliens, mobilisés pour intercepter la cargaison officieuse. Une opération dont le Salzburger Nachrichten et le Sunday Times donnent des récits différents.

Le Mossad aurait recruté des pirates

Le journal autrichien affirme que la Russie, alertée par le Mossad, aurait stoppé l’Arctic Sea. Huit « pirates », qui étaient en fait des membres des forces spéciales russes, auraient pris le contrôle du navire, avant de l’emmener loin en haute mer, à l’abri des caméras. La Russie pouvait ainsi sauver les apparences et la cargaison. Le Sunday Times affirme au contraire dimanche que c’est le Mossad qui a directement œuvré dans l’arraisonnement des missiles. D’après le journal britannique, les services secrets israéliens auraient recruté le groupe de pirates, afin de forcer Moscou à agir. Un gang qui n’avait semble-t-il aucune idée de la valeur du chargement du cargo.

Cette version de l’affaire Arctic Sea expliquerait aussi pourquoi le président israélien Shimon Peres a effectué le 19 août une visite éclair en Russie, durant laquelle il a évoqué la vente d’armes par les Russes à des pays hostiles à Israël. Shimon Peres serait reparti avec l’assurance que la Russie n’écoulerait plus d’armes de pointe en Iran et en Syrie, après avoir apporté des preuves concrètes que l’Iran et la Syrie fournissent des armes au Hamas et au Hezbollah. « Il était crucial pour Israël que les missiles n’arrivent jamais à bon port en Iran », souligne le Sunday Times. Les pertes de l’aviation israélienne dans une attaque contre l’Iran auraient augmenté de 50% si ces missiles étaient arrivés à destination.

Officiellement l’Arctic Sea transportait un chargement de bois d’un million et demi d’euros à destination de l’Algérie et a été détourné par quatre Estonien, deux Russes et deux Lettons qui demandaient une rançon de 1.15 million d’euros.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :