dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Le minidrone de Bertin victime d’un tourbillon

Le minidrone de Bertin victime d’un tourbillon

Le minidrone de Bertin victime d’un tourbillon, le Monde

vendredi 2 décembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Un vent mauvais souffle, en ce jeudi 1er décembre, dans la cour de l’hôtel de Sully, à Paris. Cette demeure du XVIIe siècle est le théâtre choisi pour une démonstration du minidrone de Bertin Technologies, le Hovereye. De la catégorie des objets volants sans pilote de taille moyenne, l’engin mesure 50 cm de diamètre sur 60 cm de haut pour un poids limité à 2,8 kg. Sa mission : l’inspection. Il vient de réaliser celle du barrage de Serre-Ponçon pour EDF avec succès. Olivier Philippe, directeur du département systèmes mécaniques et physiques du groupe Bertin, se dit confiant. "Nous avons réalisé 500 vols et enregistré un seul échec en septembre 2004", explique-t-il.

Avec retard et un bruit de gros aspirateur, le Hovereye s’élève dans l’air pour réaliser un point fixe devant la façade ouvragée, tout en transmettant des images vidéo à l’aide des deux caméras embarquées. Le pilote d’essai, casqué, manoeuvre l’engin à distance en lui donnant des ordres sommaires de déplacement (avant, arrière, haut, bas...). Les commandes fines de vol sont générées par un calculateur à bord de l’engin.

Le Hovereye grimpe jusqu’aux chiens assis du toit et se déplace le long de la façade en s’inclinant pour lutter contre un vent latéral. "Nous résistons à des bourrasques jusqu’à 7 ou 8 m/s", avait indiqué Olivier Philippe. Après environ deux minutes de vol, les images sur l’écran de contrôle commencent à basculer violemment, tout comme l’appareil. Un flux tourbillonnaire finit par le déséquilibrer avant de provoquer sa chute brutale et sa destruction totale, heureusement sans blesser les spectateurs. Un second essai, une heure plus tard, se solde par le même crash. "Les rafales de vent tourbillonnant ne sont pas bien traitées par le drone", conclut Olivier Philippe.

"S’appuyant sur plus de 500 vols concluants et sur la démonstration aujourd’hui riche d’enseignements, Bertin va développer un prototype Hovereye de nouvelle génération à l’échéance mi-2006 aux capacités accrues de tenue à des vents tourbillonnants", a précisé Philippe Demigné, président du Groupe Bertin. Rendez-vous, au printemps, dans la cour de l’hôtel de Sully.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :