mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Boeing a désigné le nouveau patron de sa division Défense

Boeing a désigné le nouveau patron de sa division Défense

Véronique Guillermard, le Figaro

mardi 15 septembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Dennis Muilenburg, 45 ans, marque l’arrivée de la génération du baby-boom aux postes à responsabilités du groupe, jusqu’alors occupés par des vétérans du Vietnam.

C’est presque une révolution. Boeing a décidé de confier le pilotage de son pôle défense à un « quadra ». Dennis Muilenburg, puisqu’il s’agit de lui, a 45 ans et règne désormais sur une activité qui représente 34 milliards de dollars de chiffre d’affaires et emploie 70 000 personnes, soit peu ou prou la moitié du « business » de Boeing.

Denis Muilenburg a été choisi par Jim Mc Nerney, le PDG du géant américain, pour succéder à Jim Albaugh, un vétéran de 59 ans dont 34 d’ancienneté chez Boeing, nommé le 1er septembre à la tête de la division civile en remplacement de Scott Carson, 63 ans, victime des retards à répétition du Boeing B 787 « Dreamliner ». A cette révolution de palais, s’ajoute la révolution des générations. Boeing, un empire américain en soi, connaît un turn-over très faible et était gagné par un vieillissement de ses hauts cadres.

En rajeunissant d’un coup le leadership au sommet de la pyramide, Jim Mc Nerney tente un pari osé et envoie aussi un message clair au monde extérieur. Les vétérans du Vietnam vont peu à peu passer le relais aux enfants de la fin du baby-boom. Dennis Muilenburg annoncé l’arrivée d’une nouvelle génération aux responsabilités dans l’industrie de la défense qu’elle va façonner dans les années à venir. Entré en 1985 chez Boeing comme tout jeune ingénieur, ce diplômé de l’Université de l’Iowa et de Washington a gagné ses galons de manager au sein du pôle défense.

De nombreux défis à relever

Avions militaires, drones, programmes de surveillance maritime et aérospatiales, C4ISR ou guerre infocentrée, militarisation de l’espace… Dennis Muilenburg détient une feuille de route chargée. Pendant son mandat, son prédécesseur avait porté le chiffre d’affaires de la défense de 25 à 34 milliards de dollars entre 2002 et 2008. Mais Jim Albaugh avait connu des revers en perdant plusieurs appels d’offre notamment contre Lockheed Martin dans les avions de combat et contre Northrop Grumann, allié à EADS-Airbus, dans les avions ravitailleurs. Si le premier contrat est irrémédiablement perdu puisque le Pentagone a choisi le F-35 dit « Joint Strike Fighter » pour équiper l’US Air Force, le second a été annulé en pleine campagne pour la présidentielle aux Etats-Unis en novembre dernier.

Après une tournée dans la division Défense, auprès des clients et des officiels (membres du congrès, du gouvernement, des états…) Dennis Muilenburg présentera dans les prochains mois son Plan d’action 2010 (Long range business plan).

Une de ses premières priorités sera de faire oublier l’échec dans les ravitailleurs une fois l’appel d’offre rouvert. Dennis Muilenburg devra présenter la meilleure offre au Pentagone en arbitrant entre un B 767 réinventé ou le B 777 militarisé. Tout dépendra des critères de l’armée américaine. Sa connaissance du client militaire acquise lorsqu’il était précédemment - à la tête de la division services et maintenance du pôle Défense (8 milliards de dollars de ventes) devraient lui être précieuses pour bien cerner les attentes de ce client si particulier qu’est le Pentagone.

Faire face à la baisse du budget américain pour la Défense

Dennis Muilenburg devra faire face à la baisse programmée du budget américain de la Défense. Et aller chercher des relais de croissance à l’international. Dans ce domaine, il n’y a jamais eu autant d’appels d’offres pour renouveler des flottes d’avions de combat dans le monde. Boeing qui vient de perdre le contrat brésilien le président Lula a annoncé que Brasilia allait acheter 36 chasseurs français Rafale reste très actif sur d’autres marchés tels que l’Inde, le Danemark, la Grèce, ou encore le Japon.

Il devra aussi relever les défis technologiques en inventant l’armement du futur notamment dans la cyber-sécurité, l’espace, ou encore les drones et les systèmes d’informations.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :