vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Un budget de la Défense sans surprise

Un budget de la Défense sans surprise

Jean Guisnel, Le Point.fr

mercredi 30 septembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le projet de budget de la Défense pour l’année 2010, présenté mercredi matin en conseil des ministres, n’apporte aucune surprise, et est parfaitement conforme à la loi de programmation militaire. Ses crédits de paiement (hors pensions) s’élèveront à 32,15 milliards d’euros en 2010, contre 32,99 milliards d’euros en 2009 et 30,22 milliards d’euros en 2008. Sur ce total, la masse salariale, toujours sans les pensions, représente 11,65 milliards d’euros, et les équipements 17,02 milliards d’euros, auxquels il convient d’ajouter 3,48 milliards d’euros de "dépenses diverses". Rappelons que les pensions sont constituées pour l’essentiel des retraites, et que celles-ci représenteront 7,03 milliards d’euros en 2007.

On sait que le budget de l’État fait apparaître celui des armées sous la rubrique "mission défense". Celle-ci se décompose en quatre programmes ainsi ventilés :

- Programme 144 (Environnement et prospective de la politique de défense) : 1,8 milliard d’euros, soit 4 % du budget de la Défense. Sous la responsabilité du directeur des affaires stratégiques.
- Programme 146 (Équipement des forces) : 12,56 milliards d’euros, soit 30 % du budget de la Défense. Sous la responsabilité du CEMA (chef d’état-major des armées) et du DGA (délégué général pour l’armement).
- Programme 178 (Préparation et emploi des forces) : 21,63 milliards d’euros, soit 58 % du budget de la Défense. Sous la responsabilité du CEMA.
- Programme 212 (Soutien de la politique de défense) : 3,13 milliards d’euros, soit 8 % du budget de la Défense. Sous la responsabilité du SGA (secrétaire général pour l’administration).

On constate donc que le CEMA a la haute main sur 88 % du budget de la Défense. Une fois que le politique a pris les décisions, cela va de soi...

On notera quelques points soulevés ce matin lors d’une présentation du projet de budget au ministère de la Défense. Des "ressources exceptionnelles" avaient été prévues en 2009, dont 600 millions d’euros par "cession de fréquences" radio, et 650 millions d’euros par la vente de biens immobiliers, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Hervé Morin a précisé que les cessions de fréquences seraient compensées par une autorisation de Bercy à "consommer des reports", tandis que diverses mesures, dont des "décrets d’avance", ont permis de combler le retard des ventes immobilières.

Concernant les opérations extérieures (OPEX), elles devraient coûter 800 millions d’euros en 2010, dont la moitié pour l’Afghanistan. En 2009, l’opération Licorne, en Côte d’Ivoire, a coûté 70 millions d’euros, contre 150 millions d’euros en 2007. La France a consacré 70 millions d’euros à la mission EUFOR-Tchad, toujours en 2009, ainsi que 70 millions d’euros pour le Kosovo. Il était initialement prévu de consacrer un milliard d’euros aux OPEX en 2010, mais la décision de réduire ce montant de 20 % a été prise en personne par Nicolas Sarkozy, chef des armées. Si des circonstances exceptionnelles l’exigeaient, un éventuel "surcoût" des OPEX en 2010 serait pris en charge par la réserve interministérielle.

Les soldes des militaires, et les traitements des employés civils de la Défense, font l’objet de "mesures catégorielles", prévues à hauteur de 114 millions d’euros en 2010, contre 100 millions d’euros en 2009. "Nous n’avons jamais fait autant", a insisté Hervé Morin mercredi matin, arguant que le budget ne consacrait que 68 millions d’euros par an à ces évolutions, avant 2007. Il a rappelé que ces mesures avaient concerné les militaires du rang et les sergents en 2008, les sergents-chefs et les jeunes officiers en 2009. Les capitaines, les commandants, les adjudants et les adjudants-chefs seront concernés en 2010. La solde d’un capitaine célibataire au 1er échelon devrait passer, en 2010, de 2.542 à 2.893 euros nets.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :