lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Des commandos pour assurer la sécurité des SSII...

Des commandos pour assurer la sécurité des SSII...

Patrick de Jacquelot, 01net

lundi 5 octobre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

La sécurité, dans l’informatique, n’est pas seulement une affaire de pare-feu et d’antivirus. Parfois, commandos et fusils mitrailleurs s’imposent également. C’est le cas en Inde où des troupes paramilitaires dépendant du gouvernement commencent à être déployées autour des installations des principales SSII.

Cet été, le géant de l’informatique Infosys a reçu un contingent de 101 paramilitaires, membres de la force d’élite Central Industrial Security Force (CISF). La SSII a ainsi eu le privilège d’être la toute première entreprise privée à bénéficier des services de ces troupes appartenant aux forces publiques, et dont la mission habituelle consiste à surveiller les aéroports et autres centrales nucléaires. Mais bien d’autres devraient suivre. Parmi les prochains groupes privés sur la liste figurent plusieurs grands noms des technologies de l’information dont Wipro, TCS, IBM...

Ce déploiement de troupes est d’autant plus spectaculaire qu’il s’ajoute aux forces de sécurité classiques déjà présentes en grand nombre sur les campus des groupes de Bangalore. Le rôle des soldats de la CISF est en effet strictement circonscrit : il s’agit de prévenir des attaques terroristes. Ce n’est pas eux que l’on verra fouiller les sacs à main des visiteuses d’Infosys ou Wipro ! Du coup chez Infosys, à Bangalore, les 101 paramilitaires viendront s’ajouter à environ 350 agents de sécurité privés.

Une protection fournie par l’Etat mais payée par l’entreprise

La facture est salée : les entreprises doivent en effet rembourser à l’Etat la totalité du coût de ce service, depuis l’achat des armes et des uniformes jusqu’aux salaires et aux dépenses de santé. Infosys va donc payer un demi-million d’euros chaque année, en sus du coût des gardes privés.

Mais la sécurité n’a pas de prix. Cette possibilité d’affecter des troupes à la garde d’entreprises privées découle directement de la terrible attaque terroriste lancée sur Bombay en novembre dernier. Suite à cet événement, la loi indienne a été modifiée pour permettre une telle mise à disposition. Toutes sortes d’entreprises ont demandé à en profiter, depuis des raffineries jusqu’à de grands hôtels en passant par la Bourse de Bombay. Mais la high-tech est donc « servie » en premier.

C’est une nouvelle manifestation de l’importance stratégique reconnue ici à cette industrie. Selon les experts en sécurité, la notoriété mondiale des entreprises high-tech et leur valeur de symbole du développement de l’Inde en font des cibles de premier choix pour une attaque terroriste. Ce qui aurait un impact désastreux sur le flux des investissements étrangers dans le pays.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :